Clare Mary Puyfoulhoux

Gauthier Kriaa

Gauthier Kriaa

Il est la vague qui ne l'a pas renversé (1)

C’est un art du trou de l’empreinte du contour d’angles morts du déplacement de l’observation – suspens – c’est un art du temps, de plein temps. Gauthier Kriaa prélève cela qu’il voit. Lessive: un enfant raconte une histoire et le soleil était fort et la chemise mouillée et les tâches pas sales apparaissaient mais là…

Eric Madeleine

Eric Madeleine

Stick it where the sun don't shine

Entre mai 2020 et février 2021, Eric Madeleine m’a laissé le temps de: boire en soirée avec des amis, faire le tour du souvenir de sa présence en Pompidou, déjeuner léger, boire du thé, visiter des galeries, parler. Nous voulions faire un entretien, j’étais absolument tétanisée par les efforts qu’il me fallait déployer pour commencer…

Atelier W

Atelier W

Mais qui

Début avril, j’envoyais ce qui suit à l’intention de l’Atelier W : Mais vous êtes qui, W ? Un garage à Pantin, avenue Weber, c’est-à-dire dans une rue. Un garage qui a connu des voitures, les a abritées, travaillées. Un étage avec des séparations où les artistes du moment, locataires, sont installés. Il fait chaud…

Jeanne Susplugas

Jeanne Susplugas

There is no place

Jeanne est un prénom qui renvoie, dans la sphère culturelle française, à la combattante pucelle, à la pure, à la folle, à l’ennemie des anglais. Héroïne ré-appropriable par excellence, Jeanne est celle, corps brûlé, bouche scellée, à laquelle on fait dire. L’énormité de son martyr est tel qu’il impose un respect, un frisson dans l’échine.…

Fanny Lambert

Fanny Lambert

Prélèvement de conversation, I

Clare Mary Puyfoulhoux et Fanny Lambert, Paris, matin du 27 février 2020. L’échange qui suit est extrait d’une conversation, il ne fait pas entretien – ce n’est qu’une première partie. C.M.P. In medias res, littéralement ? F.L. … la mise au noir en bas permet d’entamer ce voyage, le grand mur sur la droite forme…

Christine Herzer

Christine Herzer

To language

Le texte qui suit n’est pas un entretien. Fruit d’un dialogue au long cours entre Christine Herzer et Clare Mary Puyfoulhoux, il essaie de rendre compte d’une pratique de la critique en tant que coconstruction de la pensée. C’est une femme qui écrit, les mains. Allemande, américaine, française, parisienne, toujours jeune, hantée, tout à fait…

Sergio Verastegui

Sergio Verastegui

Alternative facts, like me

De où je viens, de quoi j’ai mal, jeu. Sergio Verastegui pratique un art de l’espace. Poétique, la main cherche l’envers de la matière et la langue se raidit. Nous dit qu’il est de là-bas. Pas du Mexique, pas du Brésil, pas du Pérou, pas du continent sud-américain, pas d’une école, ni d’une maison. L’une…

Nathalie du Pasquier

Nathalie du Pasquier

They all fall there so perfectly.

Nathalie du Pasquier est née à Bordeaux en 1957. Elle vit à Milan, a voyagé, est venue à la peinture par le motif (le décor, le moteur, l’élément : mot qui dans ses acceptions couvre l’amont et l’aval de l’œuvre-produit). En 1981, elle fait partie des membres fondateurs du Memphis Group, aux côtés d’Ettore Sottsass.…

Jennifer May Reiland

Jennifer May Reiland

Ce qui me regarde

« Radical, radiculaire Être radical, sans doute. Méfions-nous cependant du consensus habituellement caché sous ce mot exaltant et fort utilisé. Il y a quelque fois – pas toujours, heureusement, mais assez souvent me semble-t-il dans les débats intellectuels français – quelque chose de presque ridicule dans le « radical » quelque chose de vain et…

Simon Rayssac

Simon Rayssac

Grands récits sur fond blanc.

C’est une femme et qui cueille des abricots. Ce sont des abricots oranges, ils ont une chair, une forme, ont une empreinte précise à l’intérieur de la main. Simon Rayssac peint le matin, ou alors en journée, cela dépend du où il est quand il peint. Il y a un homme assis, cet homme vit.…

Julien des Monstiers

Julien des Monstiers

For intérieur.

L’oeil ne se nettoie pas. Il parait qu’il respire, qu’il peut, du haut d’une butte, jouir de l’air, des horizons. L’oeil accumule et peut, s’il est divin, sculpter le monde afin que tout s’ordonne et rentre, aspiré par la toute petite pupille, dans les esprits. L’oeil enfin mange et rend. Il est celui qui donne…

Olympe Racana-Weiler

Olympe Racana-Weiler

Tous les autres soleils étaient morts.

Un coquelicot n’est pas rouge. Il est dense, épais, profond. Un coquelicot est matière et solide. Un coquelicot dure. De même, un cheval sort violet de la peinture, et par la tête. Il y a de ça vingt mille ans. Les œuvres s’appellent Gorge, Boxeur, Morhange bas sourire de ma mère, Sébastien. Ta peau galliano sanglier,…