Clare Mary Puyfoulhoux

Gauthier Kriaa

Gauthier Kriaa

Il est la vague qui ne l'a pas renversé (1)

C’est un art du trou de l’empreinte du contour d’angles morts du déplacement de l’observation – suspens – c’est un art du temps, de plein temps. Gauthier Kriaa prélève cela qu’il voit. Lessive: un enfant raconte une histoire et le soleil était fort et la chemise mouillée et les tâches pas sales apparaissaient mais là…

Eric Madeleine

Eric Madeleine

Stick it where the sun don't shine

Entre mai 2020 et février 2021, Eric Madeleine m’a laissé le temps de: boire en soirée avec des amis, faire le tour du souvenir de sa présence en Pompidou, déjeuner léger, boire du thé, visiter des galeries, parler. Nous voulions faire un entretien, j’étais absolument tétanisée par les efforts qu’il me fallait déployer pour commencer…

Atelier W

Atelier W

Mais qui

Début avril, j’envoyais ce qui suit à l’intention de l’Atelier W : Mais vous êtes qui, W ? Un garage à Pantin, avenue Weber, c’est-à-dire dans une rue. Un garage qui a connu des voitures, les a abritées, travaillées. Un étage avec des séparations où les artistes du moment, locataires, sont installés. Il fait chaud…

Jeanne Susplugas

Jeanne Susplugas

There is no place

Jeanne est un prénom qui renvoie, dans la sphère culturelle française, à la combattante pucelle, à la pure, à la folle, à l’ennemie des anglais. Héroïne ré-appropriable par excellence, Jeanne est celle, corps brûlé, bouche scellée, à laquelle on fait dire. L’énormité de son martyr est tel qu’il impose un respect, un frisson dans l’échine.…

Fanny Lambert

Fanny Lambert

Prélèvement de conversation, I

Clare Mary Puyfoulhoux et Fanny Lambert, Paris, matin du 27 février 2020. L’échange qui suit est extrait d’une conversation, il ne fait pas entretien – ce n’est qu’une première partie. C.M.P. In medias res, littéralement ? F.L. … la mise au noir en bas permet d’entamer ce voyage, le grand mur sur la droite forme…

Christine Herzer

Christine Herzer

To language

Le texte qui suit n’est pas un entretien. Fruit d’un dialogue au long cours entre Christine Herzer et Clare Mary Puyfoulhoux, il essaie de rendre compte d’une pratique de la critique en tant que coconstruction de la pensée. C’est une femme qui écrit, les mains. Allemande, américaine, française, parisienne, toujours jeune, hantée, tout à fait…

Sergio Verastegui

Sergio Verastegui

Alternative facts, like me

De où je viens, de quoi j’ai mal, jeu. Sergio Verastegui pratique un art de l’espace. Poétique, la main cherche l’envers de la matière et la langue se raidit. Nous dit qu’il est de là-bas. Pas du Mexique, pas du Brésil, pas du Pérou, pas du continent sud-américain, pas d’une école, ni d’une maison. L’une…

Nathalie du Pasquier

Nathalie du Pasquier

They all fall there so perfectly.

Nathalie du Pasquier est née à Bordeaux en 1957. Elle vit à Milan, a voyagé, est venue à la peinture par le motif (le décor, le moteur, l’élément : mot qui dans ses acceptions couvre l’amont et l’aval de l’œuvre-produit). En 1981, elle fait partie des membres fondateurs du Memphis Group, aux côtés d’Ettore Sottsass.…

Jennifer May Reiland

Jennifer May Reiland

Ce qui me regarde

« Radical, radiculaire Être radical, sans doute. Méfions-nous cependant du consensus habituellement caché sous ce mot exaltant et fort utilisé. Il y a quelque fois – pas toujours, heureusement, mais assez souvent me semble-t-il dans les débats intellectuels français – quelque chose de presque ridicule dans le « radical » quelque chose de vain et…

Simon Rayssac

Simon Rayssac

Grands récits sur fond blanc.

C’est une femme et qui cueille des abricots. Ce sont des abricots oranges, ils ont une chair, une forme, ont une empreinte précise à l’intérieur de la main. Simon Rayssac peint le matin, ou alors en journée, cela dépend du où il est quand il peint. Il y a un homme assis, cet homme vit.…

Julien des Monstiers

Julien des Monstiers

For intérieur.

L’oeil ne se nettoie pas. Il parait qu’il respire, qu’il peut, du haut d’une butte, jouir de l’air, des horizons. L’oeil accumule et peut, s’il est divin, sculpter le monde afin que tout s’ordonne et rentre, aspiré par la toute petite pupille, dans les esprits. L’oeil enfin mange et rend. Il est celui qui donne…

Olympe Racana-Weiler

Olympe Racana-Weiler

Tous les autres soleils étaient morts.

Un coquelicot n’est pas rouge. Il est dense, épais, profond. Un coquelicot est matière et solide. Un coquelicot dure. De même, un cheval sort violet de la peinture, et par la tête. Il y a de ça vingt mille ans. Les œuvres s’appellent Gorge, Boxeur, Morhange bas sourire de ma mère, Sébastien. Ta peau galliano sanglier,…

Orsten Groom

Orsten Groom

And he lives without / And he lives within (1)

Il faudrait, pour parler correctement des toiles d’Orsten Groom, un verbe médiéval. Il contiendrait du pariétal et du kitsch, serait sauvage et savant. Né en 1982, diplômé des Beaux-Arts de Paris et du Fresnoy, l’homme peint. Il a filmé aussi, dessiné et écrit. Il a très certainement lu, regardé et absorbé, en boulimique, tout ce…

Dolorès Marat

Dolorès Marat

Le soufre apaisé.

On dira d’elle partout qu’elle utilise uniquement le procédé de tirage Fresson (comme Bernard Plossu). Que ça explique la dinguerie des couleurs. Elle raconte qu’elle rôde, l’appareil sous le manteau, à l’affût de l’instant qui va l’émouvoir. De celui qu’elle attend depuis toujours. Elle dit aussi qu’elle n’a pas fait d’école autre que celle de…

Pierre Seinturier

Pierre Seinturier

Beyond the pines.

L’artiste est jeune mais déjà primé. Montrouge. Représenté par la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, indicateur de qualité. Il peint et dessine au pastel lorsque l’occasion du Drawing Now 2015 se présente. Enfin c’est ce qu’il dit à la radio. Les images sont évidentes: il y a le lien avec le cinéma américain. La série…

Frédéric Léglise

Frédéric Léglise

De vous à moi, vous m'avez eu.

Il y a moi et puis il y a toi. Entre nous: l’incommensurable. Né en 1972, Frédéric Léglise peint. De la peinture dite figurative. Des femmes sur fond monochrome et des autoportraits saturés, variations sur le thème de la béance. Regards, sexes, chairs ou tissus entrouverts. À chaque nouveau tableau, cette sensation: ce qui est…

Louis Salkind

Louis Salkind

Métaphysique originelle.

L’histoire de Louis Salkind peintre commence avec l’acte un qu’il appelle « Présences flottantes ». Ce qu’on en saura c’est qu’il est né dans l’ascèse: deux bols, des pinceaux, des couleurs et du temps. Un espace limité pour peindre et trois jours de pause entre chaque pas. Exposées une première fois en mai à la Galerie DIX9, les…

Antoine d’Agata

Antoine d’Agata

Pitié pour la viande (1)

Il faut penser sonore. Une photographie qui grince. Elle ne craque pas, elle ne crie pas: elle gémit. Le mouvement n’est pas sec mais continu. Il est arrêté en plein. Sur le vif. La prise est comme une déflagration dont la photo se fait écho. Elle résonne. Ce qui est figé continue à jamais d’être à l’endroit…

Céline Notheaux

Céline Notheaux

Point d'affleurement.

Il y a ce que je veux te dire et ce que je te dis. L’incompréhension et le nombre d’interprétations qui en résultent. Il faudrait cependant veiller à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Céline Notheaux rit à longueur de journée. Elle rit avec la bouche, avec les dents, avec ses larmes…

Johann Bouché-Pillon

Johann Bouché-Pillon

Journal d'un enfant du siècle.

Impossible de ne pas avoir l’esprit envahi d’images subliminales de la Vierge Marie, en mode gothique. De ne pas se souvenir justement que ce qu’il y a toujours eu de saisissant dans les représentations de Marie, outre qu’elle tient un enfant qui est « notre sauveur », c’est ce regard absent comme tourné vers elle-même. Détenant une sagesse…

Camille Moravia

Camille Moravia

Sait prendre soin.

« Que m’arrive-t-il? Quelque chose vient de se débloquer dans mon intérieur. Quelque chose qui monte jusqu’à ma tête. Comme un serpent, comme le serpent de l’énergie créatrice qui de la base des reins grimpe le long de l’épine dorsale jusqu’à la nuque, jusqu’au coin du cerveau où se forment les pensées. Serait-ce la sublimation? Je…

Jean-Pierre Ruel

Jean-Pierre Ruel

Voyage du pèlerin.

« Le regard ne s’empare pas des images, ce sont elles qui s’emparent du regard. Elles inondent la conscience. » Franz Kafka Couleurs douces (malgré le rouge fréquent) et denses, textures palpables, symboles clairement reconnaissables, formes humaines, animales, architecturales ou naturelles: rien n’est difficile dans l’œuvre de Jean-Pierre Ruel. D’emblée pourtant, un phénomène indéniable: mon regard est scotché…

Claude Rouyer

Claude Rouyer

Je de miroir.

« You would have to be half mad to dream me up. » (1) Lewis Carroll, « Alice in Wonderland » Balthus, Lewis Carroll, Serge Gainsbourg, Vladimir Nabokov et le mythe de la nymphette – pour les grandes lignes, voilà ce qui vient d’emblée à l’esprit de l’observateur des clichés de Claude Rouyer (2). L’oeuvre de Sally Mann affleure aussi. Sauf…

Axel Void

Axel Void

How many gods.

« It is understood. You breaks the law because the law breaks you. » (AKA/TISLAM) (1) À l’origine c’était le mot. L’identité. L’esthétique n’est venue qu’après. Quand le mot avait conquis le mur. Cri de minorités dans un contexte de crise raciale, sociale et identitaire. Phénomène générationnel. Les États-Unis, la Guerre du Vietnam, le rythm’n’blues, le rock, le…