Alors que vous n’avez peut-être pas encore réussi à court-circuiter les deux heures de fil d’attente pour voir l’exposition Ron Mueck à la Fondation Cartier, Boum! Bang! a décidé de vous faire découvrir un autre artiste porté sur les pores, les poils et la peau: Felix Deac.

Ce jeune plasticien roumain, né en 1984 dans la ville de Satu Mare, semble en effet avoir choisi de se spécialiser dans la sculpture hyperréaliste et de faire migrer cette discipline vers un univers plus personnel. Par imitation de fragments de réalité, il crée ses propres créatures aux antipodes de l’anthropologie. Ridées, velues, difformes, elles semblent issues d’expérimentations et de mutations très dérangeantes. Elles ne sont pas d’ailleurs sans rappeler les œuvres monstrueuses de l’artiste australienne Patricia Piccinini ou les étranges sculptures de bois, de cire et de peau del’artiste belge Berlinde de Bruyckere.

Dans l’étrange collection d’œuvres de Felix Deac, la peau est donc traitée sous des formes très variées. Commençons par la plus simple mais pas la moins mystérieuse d’entres elles, « Organiture ». Cet amas de chair molle, pendant et placé sur une tige ressemble presque à de la matière première modelable, que l’artiste pourrait utiliser pour créer ses sculptures. Une impression qui se dégage également de l’œuvre « Agglomeration ». Cette sorte de boîte contient en effet des échantillons de peau et de restes humains qui pourraient avoir pour but d’être cousus les uns aux autres.

C’est peut-être avec l’une de ces œuvres qu’a été fabriqué « Dead Pillow », une sorte d’oreiller en tissu, oui, mais en tissus humains. Le grain de peau y est si bien imité que l’on pourrait presque d’ailleurs imaginer ce coussin capable de respirer. Bonne synthèse du travail de Felix Deac, il questionne à la fois les frontières entre animé et inanimé, et celles entre corporel et matériel.

Felix Deac, Organiture, 2011Felix Deac, Organiture, 2011, silicon, rubbers, make-up, metal, 70 x 30 x 35 cm © Very Important Chair
Felix Deac, Organiture, 2011Felix Deac, Organiture, 2011, silicon, rubbers, make-up, metal, 70 x 30 x 35 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Organiture, 2011, détailFelix Deac, Organiture, 2011, silicon, rubbers, make-up, metal, 70 x 30 x 35 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Knowledge, 2010Felix Deac, Knowledge, 2010, silicon, rubbers, make-up, plexiglass, 5 x 40 x 30 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Knowledge, 2010Felix Deac, Knowledge, 2010, silicon, rubbers, make-up, plexiglass, 5 x 40 x 30 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Dead Pillow, 2010Felix Deac, Dead Pillow, 2010, silicon, rubbers, make-up, 18 x 38 x 38 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Dead PillowFelix Deac, Dead Pillow, 2010, silicon, rubbers, make-up, 18 x 38 x 38 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)

Un cran au-dessus dans l’étrange, « Artificial Life 01 », une sorte de bête aux faux airs de fourmilier, sans pattes, perchée sur sa stèle comme un oiseau. Son corps ponctué de deux minuscules yeux est comme boursouflé. Sa peau nue lui donne l’air encore plus vulnérable, plus fragile. Mais sous cette masse semblent se dessiner d’autres formes qu’on pourrait imaginer être des ailes prêtes à se déployer. S’agirait-il ainsi d’une créature en pleine mutation traversant l’un des stades de son évolution? Elle pourrait également être le fruit d’hybridations menées par l’homme, une sorte d’animal inachevé, entre le vivant et le mort.

Plus simple en apparence, l’œuvre « Eidetic 2 » joue quand à elle avec notre logique et notre rationalisme: malgré son enveloppe de peau, elle n’est ni une main, ni un animal. Elle semble pourtant prendre appuis sur des doigts ou être affublée d’une trompe, et donc être potentiellement vivante.

Felix Deac, ArtificialFelix Deac, Artificial Life 1 (AL 1), 2012, silicon, rubbers, make-up, metal, wood, 150 x 170 x 70 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, ArtificialFelix Deac, Artificial Life 1 (AL 1), 2012, silicon, rubbers, make-up, metal, wood, 150 x 170 x 70 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, ArtificialFelix Deac, Artificial Life 1 (AL 1), 2012, silicon, rubbers, make-up, metal, wood, 150 x 170 x 70 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Artificial, détailFelix Deac, Artificial Life 1 (AL 1), 2012, silicon, rubbers, make-up, metal, wood, 150 x 170 x 70 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Eidetic 2, 2010Felix Deac, Eidetic 2, 2010, silicon, rubbersn make-up, natural hair, metal, 32 x 22 x 18 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Eidetic 2, 2010Felix Deac, Eidetic 2, 2010, silicon, rubbersn make-up, natural hair, metal, 32 x 22 x 18 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Eidetic 2, 2010Felix Deac, Eidetic 2, 2010, silicon, rubbersn make-up, natural hair, metal, 32 x 22 x 18 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)

Découvrir les œuvres de Felix Deac donne ainsi l’impression de rentrer à la fois dans l’univers d’un savant fou mais également dans les coulisses de son laboratoire. Et s’il ne s’agit pas d’un scientifique, peut-être s’agit-il d’un collectionneur exposant comme des trophées de chasse, les créatures capturées… dans une autre époque ou dans une autre dimension. Dans tous les cas, ce qu’il y a de plus excitant dans le travail de Felix Deac c’est qu’il ne se contente pas de reproduire quelque chose. Cette capacité à imiter la peau lui permet d’aller plus loin et de pouvoir inventer tout un univers esthétique, proche de la science-fiction, de l’explorer tout en nous emmenant avec lui. Reste maintenant à imaginer quelles formes prendront ses prochaines créations qui, qu’on les aime ou non, donnent la chair de poule.

Felix Deac est actuellement représenté par Nasui Collection & Gallery.

Felix Deac, Eidetic 1, 2010Felix Deac, Eidetic 1, 2010, silicon, rubbers, make-up, resin, 20 x 15 x 17 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Eidetic 1, 2010Felix Deac, Eidetic 1, 2010, silicon, rubbers, make-up, resin, 20 x 15 x 17 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Genesis, 2009Felix Deac, Genesis, 2009, silicon, rubbers, make-up, 3 x 17 x 13 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Wish, 2009Felix Deac, Wish, 2009, silicon, rubbers, make-up, resin, 17 x 11x 6 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Wish, 2009Felix Deac, Wish, 2009, silicon, rubbers, make-up, resin, 17 x 11x 6 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, RelicFelix Deac, Relic, Sculpture Mixed Media © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Baubo, 2009Felix Deac, Baubo, 2009, silicon, rubbers, make-up, 16 x 18 x 20 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, MoodsFelix Deac, Moods, Sculpture Mixed Media © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Self Felix Deac, Self Portrait, 2012, silicon, rubbers, make-up, natural hair, metal wood, 40 x 60 x 160 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Postgenesis 1, 2013Felix Deac, Postgenesis 1, 2013, silicon, rubbers, make-up, glass, 62 x 33 x 20 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, AL 2, 2012Felix Deac, AL 2, 2012, silicon, rubbers, make-up, metal, wood, 95 x 35 x 55 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Postgenesis 1, 2013Felix Deac, Postgenesis 1, 2013, silicon, rubbers, make-up, metal, glass, 54 x 37 x 29 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)
Felix Deac, Soul portrait, 2013Felix Deac, Soul portrait, 2013, silicon, rubbers, make-up, glass, 45 x 50 x 35 cm © Felix Deac – Nasui Collection&Gallery (Bucarest)

Vous aimerez aussi :