Il y a ce que je veux te dire et ce que je te dis. L’incompréhension et le nombre d’interprétations qui en résultent. Il faudrait cependant veiller à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Céline Notheaux rit à longueur de journée. Elle rit avec la bouche, avec les dents, avec ses larmes aussi. Armée de pinceaux et de concepts, elle rit encore. Exploratrice d’une zone habituellement poussiéreuse, celle du langage encyclopédique, ou kitsch, celle des proverbes de Mamie, Céline Notheaux y installe son histoire, voit comment son épiderme réagit à la surenchère signalétique ambiante.

Céline Notheaux, A-Z, 2014

Céline Notheaux, A-Z, 2014

Céline Notheaux, la faune et la flore de nos régions

Céline Notheaux, La faune et la flore de nos régions

Céline Notheaux, la faune et la flore de nos régions

Céline Notheaux, La faune et la flore de nos régions

Céline Notheaux, Marabout, Objets trouvés

Céline Notheaux, Marabout, Objets trouvés, graphite, 10,5 x 7,5 cm. 2015

Céline Notheaux, Marabout,  Objets trouvés

Céline Notheaux, Marabout, Objets trouvés, graphite, 10,5 x 7,5 cm. 2015

Céline Notheaux, Deux poids deux mesures

Céline Notheaux, Deux poids deux mesures, 2015

Diplômée d’une école d’art dont on ne trouvera pas la trace sur son site internet, elle est aujourd’hui artiste invitée à l’atelier W. Résultat d’une pratique quotidienne qui met en équilibre questions existentielles et problématiques concrètes, son travail soulage. Il ouvre sur une troisième voie qui n’est pas le silence et qui vient apaiser la tension liée à la saturation des discours. Gourmande d’anecdotes passées, Céline Notheaux vient nous raconter comment autrefois, avant le livre, les lettres s’apprenaient sur des supports vernis de corne. À la page 1986 de son encyclopédie, elle nous confesse un secret. Elle se libère sans heurts apparents et continue son chemin. Parler d’un corps de femme occasionne une plongée dans le champ lexical des fruits et légumes, des espèces (sous) marines? Très bien, c’est l’occasion d’afficher une variété de splendeurs appétissantes. À chaque fois que la peur ou l’angoisse affleurent dans le monde, l’artiste exécute une pirouette en forme de pied de nez. Les œuvres qui en résultent sont poétiques et peuvent advenir sous plusieurs formes dont l’origine est souvent le dessin.

Céline Notheaux, Deux poids deux mesures

Céline Notheaux, Deux poids deux mesures, 2015

Céline Notheaux, Interface

Céline Notheaux, Interface, 2015

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

C’est que la réponse à toute question, toute théorique qu’elle soit, est d’abord formelle. Il s’agit d’imprimer un geste. De se confronter au matériel. Le point médian entre un point A et un point B ne fait que couper la distance, il ne la réduit pas. Remplissons donc l’espace de points, ancrons-nous dans le monde en le remplissant de panneaux. La cible est un mirage mais un mirage bien utile puisqu’il indique une direction à suivre, nous empêchant de tourner en rond. Cartographie de l’absurde, le travail de Céline Notheaux n’est pas sans rappeler l’univers d’un Beckett. Prenons une citation de « Fin de Partie » par exemple: « La fin est dans le commencement, et cependant on continue. »

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Les Villas Walhalla

Céline Notheaux, Abécédaire des onomatopées à l'usage des pessimistes

Céline Notheaux, Abécédaire des onomatopées à l’usage des pessimistes, 2013

Souvent, la délicatesse du trait ou son inscription dans un registre quasi-enfantin, la gamme chromatique (pastel ou primaire) vient en porte-à-faux avec la thématique abordée. En résulte un espace de l’instable où l’exercice de lecture se transforme en performance, le spectateur devenant un personnage tentant de s’orienter dans un jeu de piste acrobatique et jubilatoire. Impliqué de la sorte, il ne peut d’ailleurs s’échapper des questionnements abordés qu’ils soient liés «   à la fin de vie, aux croyances spirituelles, à la quête effrénée  d’un ailleurs, »  ou « au marché qui les entourent. » [1]

Céline Notheaux, Abécédaire des onomatopées à l'usage des pessimistes

Céline Notheaux, Abécédaire des onomatopées à l’usage des pessimistes, 2013

Céline Notheaux, la signalisation

Céline Notheaux, La signalisation

La série récente des « Interfaces » précise le propos, le localise – il en va de même avec le format de la série « Marabout »: l’endroit qu’on explore est le seuil, le revers de la médaille, le langage sous-jacent à tout visible. Reprenons pour un temps cette histoire de mystérieuse encyclopédie: l’important n’est pas tant de savoir que quelque chose se cache à la page 1986. En effet, il nous suffirait d’avoir le bon volume entre le mains et de nous diriger à l’endroit indiqué pour trouver. Ce qui importe ici est le nombre de pages toujours cachées: pendant que je consulte l’une, les autres sommeillent et m’ignorent autant que je les ignore et pourtant, rien de ce que je vois sur la page précise que je consulte n’a de sens sans les autres qui sont là et qui gonflent l’ensemble, lui donnent son allure. Toutes ces pages non consultées sont précisément ce qui me permet de croire à l’importance de celle que je consulte tout comme le verrou sur la porte me permet de croire à ma sécurité et le panneau de signalisation de croire à une objectivité de mon rapport à un certain espace que d’aucuns qualifient de public. Concluons donc en spoilant le détail d’une œuvre à venir: « Il y a une image cachée dans ce livre de la même façon qu’une phrase se dissimule entre ces mots. » [1]

Céline Notheaux, One box

Céline Notheaux, One box

Céline Notheaux, Mes Encyclopédies

Céline Notehaux,Mes Encyclopédies


[1] propos de l’artiste

Vous aimerez aussi :