Dans un sens Duchampien bien compris de la photographie Yan Morvan sait que « l’action » en elle-même n’est rien: seul ce sur quoi elle débouche fait sens. C’est pourquoi en s’amusant avec ses modèles souvent outranciers et hors-normes esthétiques glacées et anorexiques l’artiste les mets en scène pour jouer avec le fétichisme et les fanfreluches et les falbalas.

D’où la fixation de cérémonies drôlatiques qui sont autant de mises en bouche, de préludes à des après-midi de faunes intempestifs. Chaque photographie devient la châsse, le moule, le réceptacle de fêtes à nœud-nœud jouissives où l’épaisseur garde tout son rôle et casse les idées reçues sur la représentation.

Loin de réactions purement émotives et esthétiques « basiques » Yan Morvan percute et répercute une forme particulière autant de vision sure de voyeurisme. Il repousse tout effet de mélancolie et plonge en un humour incisif là où l’image échappe aux conventions.

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Yan Morvan, Mondo Sex

© Yan Morvan, série: Mondo Sex

Au lieu d’aboutir à des formes dont la perfection séparerait le flux Yan Morvan tend toujours à produire un lieu qui agrège et désagrège par des présences qui ébranlent la pensée par leurs attitudes et leurs poses. Des hommes au milieu de leurs fétiches ne sont plus que des brebis affamées. Ils ne broutent que leur ombre. Et des femmes aux formes avantageuses proposent une métamorphose poétique de l’éros. Il s’agit de dissiper la raison et d’y renoncer.

Dans l’alliance subtile des formes provocatrices et des effets de matières légères des dessous chics l’artiste oblige à un consentement vers l’inconnu. Chaque prise délie de l’apparence et offre une parcelle secrète d’un territoire de jeux sexuels. Elle appelle une démesure vitale en créant un pont entre ce qu’on voit et ce qui demeure caché. Et paradoxalement, par l’humour, Yan Morvan s’écarte et se rapproche des « ostentiones » et des « phantasiae ». Le nu n’est plus en un état statique. Il tourne autour du pot à la merci d’un peu de vent battu.

Yan Morvan, des rockeurs à Montreuil

© Yan Morvan, Des rockeurs à Montreuil, 1975 © Courtesy galerie Sit Down

Yan Morvan, des adeptes d'Adolf Hitler à Boulogne Billancourt

© Yan Morvan, Des adeptes d’Adolf Hitler à Boulogne Billancourt, 1975

Yan Morvan, un membre de la mafia Z

© Yan Morvan, Un membre de la mafia Z à un concours de tractions

Yan Morvan, black sans pitié (BSP)

© Yan Morvan, Blacks sans pitié (BSP) et jeunes racailles grignoises, JRG, Grigny, 2012 © Courtesy galerie Sit Down

Yan Morvan, Festival skinhead en Allemagne

© Yan Morvan, Festival skinhead en Allemagne, juillet 2012

Yan Morvan, Réunion à Sarcelles

© Yan Morvan, Réunion à Sarcelles

Yan Morvan, Yves dit Le Vent, fondateur des Black Dragoons

© Yan Morvan, Yves dit Le Vent, fondateur des Black Dragoons, Montreuil, 1990

Yan Morvan, un partisan du nazisme à La Rochelle

© Yan Morvan, Un partisan du nazisme à La Rochelle, 1976

Yan Morvan, Black sans pitié (BSP)

© Yan Morvan, Blacks sans pitié (BSP) et jeunes racailles grignoises, JRG, Grigny, 2012 © Courtesy galerie Sit Down

Yan Morvan, Fifties, Place des Vosges

© Yan Morvan, Fifties, Place des Vosges, Paris, 1975 © Courtesy galerie Sit Down

Yan Morvan, Bikers, Boulogne

© Yan Morvan, Bikers, Boulogne, 1976 © Courtesy galerie Sit Down

Yan Morvan, Ducky Boy

© Yan Morvan, Mésir et Valérie, Ducky Boy, Paris, 1994 © Courtesy galerie Sit Down

Yan Morvan, bistrot de la rue du Louvre

© Yan Morvan, Bistrot de la rue du Louvre,1975 © Courtesy galerie Sit Down

Vous aimerez aussi :