Régis Perray relie sa démarche artistique à son quotidien. Il porte une grande attention aux objets, y prend soin et révèle leurs qualités plastiques. Ses œuvres relèvent du don et de l’offrande. Dans celles-ci se jouent un certain rapport au temps, celui de la collecte, puis de l’appropriation, du déplacement et de la transformation. Certains projets consistent en des gestes répétitifs, des rituels qui révèlent l’espace. Il s’attache à investir un lieu pour son architecture et à y faire surgir son passé. Ce qui l’amène également à faire des recherches et à engager des rencontres.

À l’Abbaye de Maubuisson, l’artiste a pris la mesure du bâtiment, s’est intéressé à son histoire et aux personnes qui l’ont habité. En résidence, il prend le temps de vivre au rythme de ce lieu. Intitulée « L’Abbaye fleurie » son exposition est conçue pour être activée et évoluer au fil des saisons. Elle réunit un ensemble d’œuvres fondées sur le motif floral, un écho aux femmes qui y ont vécu et à celles qui continuent d’y travailler.

Dans la salle des religieuses, à partir d’un ensemble de près de 8000 assiettes aux motifs floraux, il a composé un jardin fleuri. Ce projet résulte d’une longue recherche et collecte à travers les brocantes, les braderies solidaires et les vides-greniers. Tel un jardinier selon ses propres termes, il a pris soin de réaliser des combinaisons, de créer des fleurs. Chaque assiette témoigne d’un territoire et d’une époque. Le visiteur est convié à parcourir cet étrange jardin; lors de sa promenade, il peut découvrir ses propres assiettes ou d’autres qu’il a connu, vu ou même utilisé. L’installation fait ainsi surgir des souvenirs et l’envie de partager. Elle convoque à la fois la mémoire individuelle et la mémoire collective.

Régis Perray 13

Le jardin fleuri © photo: Catherine Brossais

Régis Perray 14

Le jardin fleuri © photo: Catherine Brossais

L'abbaye fleurie de Régis Perray

Le jardin fleuri © photo: Catherine Brossais

Régis Perray 16

Le jardin fleuri © photo: Catherine Brossais

Dans les anciennes latrines, l’œuvre « Les gravats fleuris » est constituée d’une série de gravats provenant d’un immeuble nantais et d’une habitation bruxelloise. À partir des fleurs issues de sa collection de papiers peints, Régis Perray a réalisé une sorte de greffe et redonne vie à ces rebuts de chantiers collectés. Par ce geste, il combine deux époques et styles différents.

L'abbaye fleurie de Régis Perray

Les gravats fleuris © photo: Catherine Brossais

Dans la salle du Parloir, l’artiste a installé une piste circulaire en parquet marqueté, une œuvre à pratiquer. Pour la réaliser, il a sollicité les artisans des ateliers de la Chapelle. Le visiteur est incité à patiner et à prendre soin de ce bois. Son action, telle un rituel, peut le conduire à rentrer en harmonie avec l’espace voire à méditer.

Régis Perray 20

Tourner en rond / La piste à patiner © photo: Catherine Brossais

Régis Perray fait également appel à la mémoire de l’Abbaye. Pour la salle du Chapitre, avec la complicité de cette même équipe, il a conçu un ensemble de coffrages en sapin, tous ponctués d’une fleur marquetée. Cette installation répond aux tombes des moniales retrouvées lors des fouilles archéologiques. De plus, pour rendre hommage à l’ancienne église de Maubuisson, détruite au XIXème siècle, l’artiste a imaginé deux maquettes de chapelle, l’une fermée et l’autre ouverte dans laquelle on peut voir un arbre de vie sculpté. Ce travail délicat est aussi le fruit du savoir-faire de ces artisans d’art. Par cette collaboration, Régis Perray a engagé des relations et des échanges de pratiques.

Régis Perray 17

Les Cisterciennes © photo: Catherine Brossais

Régis Perray 18

Les Cisterciennes © photo: Catherine Brossais

L'abbaye fleurie de Régis Perray

La Chapelle Sainte Vie © photo: Catherine Brossais

Son attention aux matériaux et à sa démarche de collecte se retrouve dans ses explorations urbaines. Une vidéo « Acariciar Lisboa » présente d’ailleurs sa rencontre avec les carreaux azulejos de la ville. On le voit caresser les murs et révéler leur beauté.

Régis Perray étend la durée habituelle d’une exposition pour en faire un lieu d’événements, de rencontres et d’occasions de renouveler son jardin fleuri. Il s’est approprié l’environnement de l’Abbaye et en a fait son territoire d’expériences.

Régis Perray 2

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 3

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 4

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 5

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 6

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 7

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 8

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 9

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 10

Acariciar Lisboa © Régis Perray

Régis Perray 11

Acariciar Lisboa © Régis Perray


L’Abbaye fleurie
Exposition à l’Abbaye de Maubuisson
du 4 octobre 2015 au 18 septembre 2016

Vous aimerez aussi :