Mi anges, mi démones, les amazones postmodernes de Martin Eder suggèrent une ambiguïté séductrice patente. Le flou entre le réel et son reflet est souligné en ce qui devient un dysfonctionnement de la psyché. L’œuvre pose en conséquence la question centrale de la peinture et de sa théâtralité. À savoir de quoi jouissons-nous?

Les toiles permettent d’atteindre un ordre de voyance (proche sans doute du fantasme) auquel nous n’avons pas accès dans les faux repères que propose Martin Eder. Il ouvre néanmoins la porte des interdits. Entrer dans son théâtre figural revient à avoir accès à certains de nos monstres sans que pour autant l’artiste en offre une image littérale.

Les prêtresses armées deviennent des prostituées d’un genre particulier et le regardeur, leurs clients par l’ivresse étrange que les premières peuvent suggérer sans pour autant être de purs vecteurs de désir. La scénarisation des corps prend la consistance de porcelaines fragiles sous leurs carapaces aux formes alambiquées.

Martin Eder, Hinter dem vorhang / Behind the curtain

Martin Eder, Hinter dem vorhang / Behind the curtain, huile sur toile, 80×60 cm ©

Martin Eder, Innere wahrheit / Inner reality

Martin Eder, Innere wahrheit / Inner reality, huile sur toile, 150×100 cm ©

Martin Eder, Stehen lernen / How to stand

Martin Eder, Stehen lernen / How to stand, huile sur toile, 142×186 cm ©

Martin Eder, The giant

Martin Eder, The giant, huile sur toile, 60×50 cm ©

Martin Eder, Unbekanntes gebiet / Unexplored area

Martin Eder, Unbekanntes gebiet / Unexplored area, huile sur toile, 142×186 cm ©

Martin Eder, Veränderung / Change

Martin Eder, Veränderung / Change, huile sur toile, 50×60 cm ©

L’hybridation corps-armure propose d’autres voies que celle de la consommation cannibale d’images. Telles  des jeunes filles mélancoliques, les guerrières jouent les scabreuses filles de l’air. Martin Eder ne cherche donc en rien par leur entremise et leur contextualisation à satisfaire du fantasme. Il  ne cesse d’éloigner ses jeunes filles pour nous en rapprocher. Non tant par leur sillon entrouvert que leur regard ambigu. L’œuvre permet d’atteindre un état second ou tiers à mi-chemin entre « une façon d’éveillé et une façon d’endormi » (Henri Michaux). Ce théâtre est donc celui des abîmes du temps. De fait nous basculons dans une autre dimension, nous traversons un miroir. Alice plus que Jeanne d’Arc n’est pas si loin…

Martin Eder, Chilling

Martin Eder, Chilling, huile sur toile, 60×50 cm ©

Martin Eder, Euphoria

Martin Eder, Euphoria, huile sur toile, 80×60 cm ©

Martin Eder, Katalepsie

Martin Eder, Katalepsie, huile sur toile, 50×70 cm ©

Martin Eder, Patient, huile sur toile, 70×50 cm ©

Martin Eder, Vertiefung

Martin Eder, Vertiefung, huile sur toile, 70×50 cm ©

Martin Eder, Wahrnehmung / Perception

Martin Eder, Wahrnehmung / Perception, huile sur toile, 50×70 cm ©

Martin Eder, Widertand / Resistance

Martin Eder, Widertand / Resistance, huile sur toile, 80×60 cm ©

Vous aimerez aussi :