Il existe un « flow » dans la peinture de Lars Elling. Il n’est pas forcément contrôlé: il déborde, se décadre. De ce qu’on nomme désir ou amour rien n’est montré sinon de manière allusive, décalée. Mais la température est à la fièvre même si la peinture reste froide et semble peu propice aux plaisirs vertigineux dans des exhibitions ou le clair-obscur des émotions reste équivoque. La peinture de Lars Elling se fait poreuse, éprise, traversée peau à peau donc déshabillée loin des parures même si demeure quelques étoffes (du silence). Restent la sensation en caresses et une suavité déliée de la tête. La peinture remonte à portée du geste pour faire l’épreuve d’une réalité enfouie par la relève du corps où les Ophélie deviennent plus vivantes aujourd’hui qu’hier et bien moins que demain. Les miroirs d’une telle peinture laissent voir non un au-delà mais un en deça. Les beautés deviennent farcesques et monstrueuses.

Lars Elling

Tjeneste, tempera et huile sur toile, 60×60 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Vår, tempera et huile sur toile, 100×120 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Liberation Day, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

The Garden, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Natur og kultur, tempera et huile sur toile, 100×100 cm, 2012 © Lars Elling

Lars Elling

Rokokko-Polaroid, tempera et huile sur toile, 100×120 cm, 2013 © Lars Elling

La peinture reste une vie complexe, une éternelle quête qui sur la plan musical relierait Steve Reich à Sepultura en passant par des notes de Johann Sebastian Bach. Il y a là aussi des relectures de « L’histoire de l’œil » de Georges Bataille loin des sensibleries qui ouvrent les fontaines de larmes. Dans la soupe des espaces clos surgissent des fêtes souterraines où plus que jamais la phrase de Jacques Lacan se vérifie « L’Amour c’est donner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas » Que demander de plus à la peinture et ses bacchanales nocturnes? Lars Elling cultive l’audace (sans pose) par exercice d’énergie. Il se réfère souvent à une vision cinématographique afin que sur l’écran de la toile des corps reviennent à la surface. Dès lors la peinture va à la pulpe comme la vache au taureau, le cœur et corps battant dans des batailles de chiens sauvages.

Lars Elling

Virvel (etter Desportes), tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

History of Empowerment, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Short Term Memory, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

The Unfinished Dance Floor, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Visning, tempera et huile sur toile,250×200 cm, 2013 © Lars Elling

Les flux coulent, montent au sein de narrations construites sur des mouvements plus que des assemblages. Ils se transforment en poésie de l’intarissable consubstantiel à l’éros où le ventre est chaud comme un galet de chanvre. Faisant sourdre des réminiscences intellectuelles de tels récits ne se réduisent pas à ceux de l’imaginaire: Lars Elling propose des délectations délétères et des plaisirs salaces. Il n’y a pas loin de la croupe aux lèvres même s’il ne faut pas vendre la peau de l’ourse avant de l’avoir tannée. D’autant qu’elle se fait complice de ceux qui lui chantent leurs cantates en incartades. C’est tout juste si à travers une telle peinture les femmes laissent entrevoir le trouble pour que se touche (mentalement) son obscure clarté. À chacun d’en faire bon usage. Ou pas. Qu’importe puisque Lars Elling stimule les mauvaises pensées et ramollit les bonnes consciences. Quand la croupe est tendue l’ivresse n’est jamais loin.

Lars Elling

Ekspedisjonslegen, tempera et huile sur toile, 100×100 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Falangist, tempera et huile sur toile, 100×100 cm, 2012 © Lars Elling

Lars Elling

Falling Dream, tempera et huile sur toile, 100×100 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Fiction ca 1890, tempera et huile sur toile, 120×120 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Rest/Unrest, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Life Study, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

The Attic, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Night Swimming, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2012 © Lars Elling

Lars Elling

The Dressing Room, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

The Ornithologist’s Daughter, tempera et huile sur toile, 120×100 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Ornitologens Datter, tempera et huile sur toile, 100×100 cm, 2014 © Lars Elling

Lars Elling

Selection of Suitable Material, tempera et huile sur toile, 170×170 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Situation Room, tempera et huile sur toile, 200×200 cm, 2012 © Lars Elling

Lars Elling

Studie med maske, tempera et huile sur toile, 80×60 cm, 2013 © Lars Elling

Lars Elling

Polonaise, tempera et huile sur toile, 60×80 cm, 2012 © Lars Elling

Lars Elling

The Kindness of Strangers, tempera et huile sur toile, 120×100 cm, 2014 © Lars Elling

Vous aimerez aussi :