Jeune artiste autodidacte française, Hélène Planquelle développe sa recherche esthétique autour de la question du rapport à l’Autre. L’autre, c’est l’enfer, le frère, ou l’amant. C’est celui que l’on perçoit d’abord par le visage, toujours étranger, rappelle Emmanuel Levinas, philosophe que l’artiste affectionne. Point de catégorie ici néanmoins, puisque les images suggèrent une relation entre les êtres souvent ambiguë. Si le rapport à l’Autre est fondé sur une nécessaire différence, c’est en effet qu’il convoque une possible rivalité. Cela se sent dans ces couples enlacés, un homme et une femme généralement, auxquels il serait difficile d’attribuer telle ou telle partie du corps, autant qu’il semble impossible de définir la nature de l’intention, bonne ou mauvaise.

Les œuvres d’Hélène Planquelle introduisent le spectateur dans un monde où l’érotisme confine à la souffrance. Pour reprendre le titre d’un ouvrage de Pascal Quignard, c’est le sexe par l’effroi. Troublant est cet état indistinct où les personnages sont à la fois victimes et maîtres de leur désir. Étroite est la proximité d’Eros et Thanatos, autrement dit l’idée, développée par Georges Bataille dans Les Larmes d’Eros, que la décharge amoureuse se rapproche du dénouement final par la « petite mort ». De l’instinct à la pulsion et de la satisfaction à la jouissance, il n’y a qu’un pas. Rien d’étonnant ainsi à ce que l’artiste agence ses modèles en s’inspirant du shibari, pratique à la fois sadomasochiste et artistique du bondage japonais. Tout le paradoxe montré est celui d’un acte de chair qui se veut à la fois intime et théâtral, douloureux et poétique. C’est précisément dans la retraite privée que les pulsions se sacralisent avec une certaine théâtralité. Le sang bat dans les veines saillantes de ces jeunes gens en pâmoison, pris à l’instant acméique de leur flagrant délit. Les corps se tendent, se portent, s’enlacent, se tiennent. Ces corps, comme des bouches, parlent. D’où un rendu extrêmement chorégraphié dans un style proche de la figuration narrative et de l’illustration. Le cadre serré, focalisant l’attention sur une scène sans décor, rappelle que le regard est ici voyeur.

Hélène Planquelle développe également un travail de superposition des corps dans l’espace. Souvent, les membres se dédoublent, comme s’ils bugaient dans une jouissance convulsive. Les duos de personnages deviennent presque étrangers à eux-mêmes et d’autres larrons viennent s’immiscer dans les liaisons dangereuses. Cela donne à l’image une dimension cinématographique, comme si la passion était vue à travers le prisme d’un stroboscope. Mais, de manière générale, c’est la peinture à l’huile qui est privilégiée, propice à la tendresse de la touche tout en modelés, suivant les courbes du ballet des corps. L’ensemble de ces œuvres se décline dans des tonalités roses qui ont moins à voir avec la chair qu’avec un éclairage en studio artificiel. Et, comme pour ajouter au doute qui plane sur la scène, plusieurs références bibliques parsèment les titres, notamment celui de la dernière série d’Hélène Planquelle, issue de sa récente résidence d’artiste à Leipzig. Where is your brother ? reprend l’épisode biblique du meurtre d’Abel par Caïn. Mais le frère, ici, incarne tout autant l’autre, l’amant ou la victime. Le corps succombe à l’appel de la chair et entraine l’esprit dans sa chute. La concupiscence de la chair entre en résonance avec le crime insoutenable. Dans l’un, comme dans l’autre, ils disent : « c’était plus fort que moi ».

Hélène Planquelle, Peau(x) Huile sur bois, 2018.

Hélène Planquelle, Deliverance or destiny III, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Deliverance or destiny III, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Deliverance or destiny I, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Deliverance or destiny I, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Deliverance or destiny VI, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Deliverance or destiny VI, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Variation au fusain II, Fusain et craie blanche sur papier, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Variation au fusain II, Fusain et craie blanche sur papier, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Variation au fusain I Fusain et craie blanche sur papier, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Variation au fusain I Fusain et craie blanche sur papier, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Etude II Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Etude II Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Etude I, Huile sur bois, 2019.

Hélène Planquelle, Where is your brother, Etude I, Huile sur bois, 2019.

Vous aimerez aussi :