Emma Bourgin a découvert les multiples possibilités que lui offre la cire d’abeille. Telle une alchimiste, ce matériau est devenu pour elle comme sa seconde peau, qu’elle modèle pour des expériences toujours plus grandes, à différentes échelles. L’espace, son architecture la guide pour concevoir ses œuvres. Celles-ci naissent de situations, de découvertes lors de l’exploration d’un lieu. Elles font surgir des traces ou amènent une seconde couche d’histoire. Telles des greffes, ces travaux invitent à imaginer combien la cire peut être source de transformation, de métamorphose, d’envahissement, voire de trouble. De même les voyages nourrissent les créations de cette artiste.

Les œuvres d’Emma Bourgin relèvent d’une tension entre la force et la fragilité, la dureté et la douceur, l’objet de défense et l’outil de réparation. Certaines sont des compositions, assemblages en équilibre de deux matériaux, la pierre et la cire. Elles sollicitent l’envie de toucher et de saisir de quelle manière ils tiennent ensemble. Elles évoquent également une relation au temps de la métamorphose de la matière. Une forme d’archéologie se lit dans l’ensemble de ses pièces.

Emma Bourgin, Les Portes

© Emma Bourgin, Les Portes (détail), 2014-2018, poussières de pierre, lait de chaux, papier absorbant, 23x23x0,3 cm

Emma Bourgin, Les copeaux

© Emma Bourgin, Les copeaux (détail), 2016, cire d’abeille, bois, pigments, dimensions variables

Emma Bourgin, Coeur de pierre

© Emma Bourgin, Cœur de pierre (qui grandit) (détail), 2015, poussière de pierre, cire d’abeille, 13 éléments de 10x10x8 cm à 18x15x15 cm

Emma Bourgin, Les mues oubliées du Hainaut

© Emma Bourgin, Les mues oubliées du Hainaut, 2016, cire d’abeille, poussières de gravats, dimensions variables

© Emma Bourgin, Ou le charme d'une rencontre

© Emma Bourgin, Ou le charme d’une rencontre, Feuille de pierre, mer, 2013.08.28, film de Charlotte Mariel sur un geste d’Emma Bourgin, 8’40 min

Emma Bourgin, Pourquoi la pierre noire du Nord est bleue ou Les cadrans pluvieux

© Emma Bourgin, Pourquoi la pierre noire du Nord est bleue ou Les cadrans pluvieux, 2016, pierre de Caen, poussière de pierre bleue, 16 éléments de 20x18x0,5 cm

© Emma Bourgin, Les doigts de l'artiste

© Emma Bourgin, Les doigts de l’artiste, 2017, cire d’abeille, 5 éléments de 2x2x2 cm, crédit Daniel Maunoury

Emma Bourgin, Embrasser le froid

© Emma Bourgin, Embras(s)er le froid, 2017

Emma Bourgin, Les outils

© Emma Bourgin, Les outils, depuis 2016, cire d’abeille, verre, dimensions variables

Emma Bourgin, Le Plancher

© Emma Bourgin, Le Plancher (détail), 2012, bois, cire d’abeille, 18m2

La cire appelle à des sensations et son odeur fait resurgir des souvenirs. Emma Bourgin développe également des expériences de sensation et de rencontre avec le paysage. Certaines œuvres font songer à des expériences vécues, à des traversées, à une relation sensible à la nature. D’autres, de petits formats, relèvent d’une attention aux objets du quotidien, à des moments d’intimité. Celles-ci, petites constructions, convoquent le sens du toucher et suggèrent des réparations d’objets avec lesquels éprouver une connaissance de soi et de son corps. D’ailleurs, Emma Bourgin s’intéresse aux origines des mots, des matières et de leur provenance. Ses titres font songer à des gestes et à des expérimentations.

À l’occasion de son exposition à la Galerie du Haut Pavé, l’artiste s’est emparée de l’architecture pour créer des œuvres qui racontent une histoire et symbolisent un phénomène physique. Une fenêtre de la galerie est support pour une sculpture d’où elle fait rentrer le soleil. Emma Bourgin vient jusqu’à concevoir ses propres supports pour ses plus petites œuvres. Ce qui lui permet de tester d’autant plus un travail sur les relations entre les matériaux. Ainsi, ces créations renvoient chacune à un temps de rencontre avec un lieu et à un moment de sensibilité profonde de son corps avec la matière.

Emma Bourgin, Baiser brulant

© Emma Bourgin, Baiser brulant (détail), 2018, cuillère, cire d’abeille, rouge à lèvres, crédit Mélanie Feuvrier

Emma Bourgin, Sans titre

© Emma Bourgin, Sans titre, 2013, cire d’abeille, tréteau en bois, 98x90x42 cm

Emma Bourgin, Vitrail

© Emma Bourgin, Vitrail, 2013, cire d’abeille, papier de soie, 5,86×3,10 cm, crédit Michèle Gottstein

© Emma Bourgin, Paris sèche tes larmes

© Emma Bourgin, Paris sèche tes larmes, 2015, cire d’abeille, mouchoirs, 10 éléments de 21×19 cm

Emma Bourgin, Terre

© Emma Bourgin, Terre, 2011, terre de Grimbosq, 30x27x26 cm

Emma Bourgin, Pierre

© Emma Bourgin, Pierre, 2011, pierre de Caen, 38x30x20 cm

Emma Bourgin, Préparation de la pièce Écorché

© Emma Bourgin, Préparation de la pièce Écorché, vue d’atelier, 2018, crédit LNVT

Vous aimerez aussi :