Qu’il y ait ou non de l’électricité dans l’air de notre société, nos amis artistes semblent se sentir pousser des ailes quand il s’agit de s’approprier ou de reproduire la beauté destructrice d’une explosion. Qu’ils soient peintres, sculpteurs ou photographes, tous ont essayé d’en saisir la puissance et de dompter ses effets surprenants sur la matière.

Boum!Bang! s’appelant Boum!Bang!, il semblait logique de se pencher sur cette fascination et de découvrir comment l’explosion a été traitée, réinterprétée et utilisée par les artistes. Mais par qui ou quoi commencer? Peut-être par l’essentiel, l’explosion elle-même, cette montée d’énergie, ce nuage titanesque, cette vague de chaleur qui emporte tout sur son passage, la grande, la magnifique, l’unique explosion, celle avec laquelle tout peut s’arrêter et qui, parce que rien n’arrête, nous passionne.

Notre passage en revue d’oeuvres explosives commence par l’américain Robert Longo. Dessinées au fusain par cet artiste, les explosions de légende telle que celle de Nagasaki deviennent encore plus spectaculaires. L’auteur adepte des oeuvres en très grand format l’a bien compris et en a même fait le sujet d’une série intitulée « The Sickness of reason » (2003) dans laquelle il semble cependant mettre en garde l’humanité contre sa destructrice folie des grandeurs.

Robert Longo, Hercules

Robert Longo, Untitled (Hercules), 2008, charcoal on mounted paper, 243,8 x 177,8 cm © Robert Longo

Robert Longo, Nagasaki

Robert Longo, Untitled (Nagasaki, B), 2003, charcoal on mounted paper, 243,8 x 182,8 cm © Robert Longo

À l’inverse, l’explosion perd tout son panache et toute sa splendeur lorsqu’elle est « cartoonisée » par Roy Lichstenstein qui la transforme en vulgaire petit « plouf » ou « humanisée » par le peintre Kenny Scharf. Pas mieux du côté du facétieux Brock Davis qui joue la carte de la parodie un peu absurde en recréant des explosions célèbres à base de morceaux de choux-fleurs.

Roy Lichtenstein, Atom Burst

Roy Lichtenstein, Atom Burst, 1965, acrylic on board, 61 x 61 cm © Roy Lichtenstein

Kenny Scharf, Bomb

Kenny Scharf, Bomb, spray paint on canvas, 96 x 72 inches © Kenny Scharf

Brock Davis, Cauliflower Nagasaki

Brock Davis, Cauliflower Nagasaki, 1945 – 2009 © Brock Davis

Sculptée, l’explosion semble coincée dans son format et étouffée par les contraintes du medium. Malgré tout, l’effet de surprise et la beauté sont là comme en témoignent les œuvres des artistes Marc Quinn, Olaf Brzeski ou Daniel Knorr.

Marc Quinn, Upshot-Knothole Grable

Marc Quinn, Upshot-Knothole Grable, 2012, sculpture, digitally Routed Bianco P Marble, 180 x 150 x 150 cm © Marc Quinn

Olaf Brzeski, Dream

Olaf Brzeski, Dream – Spontaneous Combustion, 2008 © Olaf Brzeski

Daniel Knorr, Explosion

Daniel Knorr, Explosion, 2012 © Daniel Knorr

Pour Guerra de la Paz et Subodh Gupta, l’explosion se fait revendication. Ces derniers utilisent en effet des vêtements ou des ustensiles de cuisine pour recréer un champignon atomique géant, une métaphore artistique pour peut-être nous prévenir que notre monde moderne surpeuplé et « surconsommmateur » court à sa fin. Un principe de métaphore que l’on retrouve également chez d’autres artistes comme la française Vidya Gastaldon qui semble faire de l’explosion un motif récurrent symbole d’une puissance divine ou Nancy Spero qui suivant son parcours féministe crée une femme-volcan dont l’irruption pourrait aussi bien traduire la force que la détresse.

Guerra de la Paz, Atomic

Guerra de la Paz, Atomic, 2009 © Guera de la Paz

Subodh Gupta, Line of Control

Subodh Gupta, Line of Control, 2008
, stainless steel and steel structure, stainless steel utensils,
 1000 x 1000 x 1000 cm  © Subodh Gupta

Vidya Gastaldon, The Apocalhipsters

Vidya Gastaldon, The Apocalhipsters, 2009, gouache, aquarelle, crayon de couleur et mine de plomb sur papier, 29,7 x 23 cm. Courtesy Guy Bartschi – Genève – Collection privée © Vidya Gastaldon

Nancy Spero, Female Bomb

Nancy Spero, Female Bomb,1966, gouache and ink on paper, 34 x 27 inches.
 Photo by David Reynolds
 © Nancy Spero, courtesy the artist and Galerie Lelong, New York.

Puissante, l’explosion fait aussi du bruit dans les médias, gravant de manière irréversible dans notre mémoire des clichés d’explosions monumentales lors de conflits ou celles provoquées par les essais nucléaires. Et c’est à partir de cette matière que des artistes ont parfois créé leurs œuvres. Alors qu’Andy Warhol, comme à son habitude, multiplie une image empruntée aux journaux de son époque pour mieux la « désamorcer », Thomas Ruff s’empare d’images trouvées sur Internet et en amplifie la mauvaise qualité créant ainsi des photographies d’explosions géantes où particules et pixels ne font plus qu’un. On retrouve également ces explosions médiatiques détournées dans des œuvres plus satiriques d’artistes contemporains comme Terry Fan ou Clays Lipsky.

Andy Warhol, Bombe atomique

Andy Warhol, Bombe atomique, 1965, silk screen on canvas, 104 x 80,5 inches. Saatchi Collection, London © Andy Warhol

Thomas Ruff, jpeg nt01

Thomas Ruff, jpeg nt01 © Thomas Ruff

Thomas Ruff, Digitalfoto

Thomas Ruff, Untitled, 2006, Digitalfoto, 120 x 90 cm © Thomas Ruff

 Terry Fan, Second Sun

Terry Fan, Second Sun © Terry Fan

Clay Lipsky, Atomic Overlook

Clay Lipsky, from the serie « Atomic Overlook » © Clay Lipsky

Clay Lipsky, Atomic Overlook

Clay Lipsky, from the serie « Atomic Overlook » © Clay Lipsky

Même banalisée, l’explosion reste un sujet passionnant et si l’on en juge par l’intérêt qu’elle suscite chez de nombreux artistes, elle risque encore très longtemps de faire parler d’elle. Alors que Geoffrey H.Short, Ueli Alder, Sarah Pickering l’aiment nature, David Johnson s’intéresse plus particulièrement aux feux d’artifice qui, photographiés avec des temps de pause très longs, se transforment en véritables sculptures célestes. Le duo Thomas Edwards et Ujin Lee renouvelle, quant à lui, ce genre en créant des explosions poétiques de poussière qu’il photographie dans des lieux inhabituels.

Geoffrey H.Short, Explosion

Geoffrey H.Short, Untitled Explosion #7LF (detail), from « towards another (big bang) theory », 2009 © Geoffrey H.Short

Geoffrey H.Short, Explosion

Geoffrey H.Short, Untitled Explosion #LE-CN04-18, from the series « towards another (big bang) theory », 2010 © Geoffrey H.Short

Ueli Alder, Detonations

Ueli Alder, Untitled_1, Extrait de la série «  Detonations » © Ueli Alder

Ueli Alder, Detonations

Ueli Alder, Untitled_3, Extrait de la série «  Detonations » © Ueli Alder

Sarah Pickering, Landmine

Sarah Pickering, Landmine, 2005 © Sarah Pickering

David Johnson, Efflorescence

David Johnson, Efflorescence 30, extrait de la série « Long Exposure » © David Johnson

Thomas Edwards et Ujin Lee, Dust

Thomas Edwards et Ujin Lee, extrait de la série « Dust », 2009 © Thomas Edwards et Ujin Lee

Cai Guo-Qiang, Fallen Blossoms: Explosion Project

Cai Guo-Qiang, Fallen Blossoms: Explosion Project, 2009 © Cai Guo-Qiang

Enfin, l’explosion semble même propice à de multiples expériences comme le montre la démarche de Cai Guo-Qiang qui en fait le point de départ de tout son art. Préparées, minutées, orchestrées, les explosions lui servent ainsi à créer de spectaculaires performances et bien d’autres œuvres que vous pourrez découvrir dès la semaine prochaine dans la suite de cet article.