Après un largage massif de bombes dessinées, peintes et sculptées sur ce site il y a une quinzaine de jours, notre exploration dans l’univers des « boums » et des « bangs » dans l’art continue. Pour ce troisième épisode, le viseur Boum! Bang! est pointé sur un nouveau sujet: le potentiel graphique de l’explosion. Imprévisible, protéiforme, l’esthétique de ce phénomène est en effet souvent utilisée comme point de départ d’un procédé de création ou dans la structure d’une composition. Brusque, brutale, bruyante, l’explosion renferme également en elle une telle charge de violence et d’émotions qu’elle ne peut que titiller la curiosité et le talent des artistes. Alors, « boum » voyage!

Première détonation avec ce dessin signé Otto Dix et datant de 1918. Proche du style de certaines toiles de ce peintre allemand, ce portrait d’explosion est curieusement sans contexte. L’artiste aurait-il souhaité se concentrer sur sa complexité et relever le défi de donner une forme à quelque chose qui n’en a pas? À l’aide de lignes cassées qui répondent à des formes plus arrondies, il y parvient et restitue avec simplicité toute sa puissance.

Otto Dix, Explosion, 1918

Otto Dix, Explosion, 1918, ink, wash, graphite on paper © Spencer Museum of Art, The University of Kansas

Autre grand nom de la peinture allemande, Max Ernst qui, en 1960, peignait cette « Explosion dans une cathédrale ». Saturée par des lignes et des formes pour mieux restituer la violence de la scène, l’œuvre est ponctuée, d’ici de là, de quelques taches de couleur rappelant des vitraux. Mais l’ensemble reste impénétrable et laisse toute sa place à notre capacité à imaginer le drame se déroulant sous nos yeux.

Max Ernst, Explosion dans une cathédrale

Max Ernst, Explosion dans une cathédrale, oil on canvas, 130 x 195 cm © Max Ernst

De chaos, il est aussi question dans certaines œuvres du peintre irakien Ahmed Alsoudani qui au fil de ses toiles nous raconte la guerre qui frappe son pays. L’œuvre présentée ci-dessous n’a pas de titre et pourtant on imagine assez facilement que l’artiste a voulu y représenter une explosion extrêmement violente venant de tout dévaster sur son passage. Proche de cette cacophonie visuelle, le travail de l’artiste Franz Ackermann et tout particulièrement l’une de ses peintures qui au premier regard semble être une série d’explosions due à un bombardement. Mais la clé de cette œuvre réside dans son titre: « Mental Map: Evasion V ». Il nous permet en effet de comprendre que le peintre ne cherche pas ici à nous montrer des explosions se déroulant dans la réalité mais plutôt à retranscrire en images une sorte d’expérience mentale dans laquelle s’entrechoquent des éléments réels et des émotions.

Ahmed Alsoudani, Untitled, 2008

Ahmed Alsoudani, Untitled, 2008, charcoal, acrylic and pastel on paper, 270 x 226 cm © Ahmed Alsoudani

Franz Ackermann, Mental Map: Evasion V

Franz Ackermann, Mental Map: Evasion V, 1996, acrylic on canvas, 275 x 305 cm © Franz Ackermann

Plus réalistes et pourtant totalement truquées, les images de l’artiste américaine Krista Wortendyke. Réalisées à partir de fragments de photographies ou de jeux vidéo, ses œuvres désintègrent les frontières entre fiction et réalité. Elles sont une sorte de matérialisation de notre propre vision de la guerre, faite non pas de souvenirs concrets mais d’images dont les médias nous abreuvent. Se servant également des explosions comme vecteur d’un message,  le photographe japonais Naoya Hatakeyama les capture « en plein vol ». Sous leurs effets, la terre devient une matière nouvelle, l’air se charge de poussière et trace dans le ciel des lignes. Autant de transformations qui permettent à l’artiste d’interroger la nature des rapports de force entre l’humain et son environnement et les conséquences des mutations contre nature que nous imposons à celui-ci.

Krista Wortendyke, montage photo extrait du projet re media

Krista Wortendyke, montage photo extrait du projet (re):media © Krista Wortendyke

Krista Wortendyke, montage photo extrait du projet re media

Krista Wortendyke, montage photo extrait du projet (re):media © Krista Wortendyke

Naoya Hatakeyama Blast 5707

Naoya Hatakeyama, « Blast 5707 » extrait de « the Blast Series » commencée en 1995 © Naoya Hatakeyama

Naoya Hatakeyama, Blast 0608

Naoya Hatakeyama, « Blast 0608 » extrait de « the Blast Series » commencée en 1995 © Naoya Hatakeyama

Les explosions sont-elles donc toujours lugubres? Non, elles deviennent beaucoup plus ludiques en passant entre les mains de l’artiste Roy Lichtenstein qui par son style pop et l’utilisation de ses couleurs vives et contrastées créa une série d’oeuvres curieusement amusantes alors qu’elles dépeignaient pourtant un sujet qui ne l’était pas. Encore plus gaies mais plus abstraites, les explosions arc-en-ciel de l’artiste américaine Jen Stark qui semble se servir de la forme même du phénomène pour laisser éclater sa maîtrise de la découpe et de l’assemblage du papier. Plus légères et plus sympathiques également, les explosions du sculpteur finlandais Jiri Geller qui en amenuise les effets en les représentant par de petites étincelles ou de simples écussons plus pétillants qu’effrayants.

Roy Lichtenstein, Pop Cover illustration for Newsweek

Roy Lichtenstein, Pop (Cover illustration for « Newsweek »), 1966, Offset lithograph on white coated paper, 28,3 x 21 cm © Roy Lichtenstein

Roy Lichtenstein, Varoom!, 1963

Roy Lichtenstein, Varoom!, 1963, Magna on canvas, 142,2 x 142,2 cm © Roy Lichtenstein

Roy Lichtenstein, Small Explosion

Roy Lichtenstein, Small Explosion (Desk Explosion), 1965, Porcelain enamel on stelle with wooden base, 54 x 40,6 x 15,2 cm © Roy Lichtenstein

Jen Stark, Coriolis Effect

Jen Stark, Coriolis Effect, 2007, hand-cut paper on wood backing, 12 inches x 12 inches © Jen Stark

Jiri Geller, Embroidered Explosion

Jiri Geller, Embroidered Explosion, 2001, machine embroidery, 5 x 10 cm / 10 x 19 cm / 11 x 23 cm © Jiri Geller

Jiri Geller, Sugared II

Jiri Geller, Sugared II, 2012, painted resin, glassfiber, steel, 28 x 44 x 42 cm © Jiri Geller

D’explosion, il est aussi question dans le travail du trublion british Sir Damien Hirst qui a développé pour certaines de ses œuvres une version très personnelle du « Dripping » de Jackson Pollock. Baptisé « Spin painting », ce procédé consiste à utiliser la force centrifuge pour permettre à la peinture versée sur la toile de se répandre d’une manière unique en créant un effet plastique explosif.

Damien Hirst, Beautiful Viracocha Confabulation Painting for Steve

Damien Hirst, Beautiful Viracocha Confabulation Painting for Steve (with Diamonds), 2011, Cubic zirconia and household gloss on canvas – Diamètre: 1829 mm  Image: Photographed by Prudence Cuming Associates © Damien Hirst and Science Ltd. All rights reserved, DACS 2012

Damien Hirst, Beautiful Big

Damien Hirst, Beautiful Big, Beyond Belief Tasteful Party Painting I, 2007, Household gloss, glass, mirror, blades, glitter and diamond dust on canvas, Diameter: 1524 mm. Photographed by Prudence Cuming Associates © Damien Hirst and Science Ltd. All rights reserved, DACS 2012

Autre star de l’art contemporain, autre utilisation, Jeff Koons avec la dernière Art Car de la marque automobile BMW. Son explosion de lignes colorées recouvrant la carrosserie du bolide et symbolisant sa puissance phénoménale est parsemée d’éclats de matière, un motif que l’on retrouve quasiment trait pour trait dans une œuvre de Piotr Uklanski faite à partir de papiers de couleur déchirés ou dans cette illustration du duo Craig and Karl.

Jeff Koons, BMW Art Car

Jeff Koons, BMW Art Car © Jeff Koons

Piotr Uklanski, WTC, Tower 2

Piotr Uklanski, Untitled (WTC, Tower 2), 2004, gouache on Lanaquarelle paper collage, torn and pasted on wood / gouache sur papier Lanaquarelle, colle, bois, 282 x 389,5 cm © Piotr Uklanski

Craig and Karl, Drag me to hell

Craig and Karl, Drag me to hell © Craig and Karl

L’explosion sait aussi se faire parfois plus poétique comme en témoignent les peintures de l’artiste James Roper. Ses colonnes et ses spirales de fumée colorées s’entremêlent avec dynamisme et grâce alors même que leur origine est inconnue. Proches du style manga, elles évoquent une sorte de magie mystérieuse. Mystique également, cette œuvre de l’artiste américain Fred Tomaselli. Adepte du collage et des compositions spectaculaires, il recrée ici un jardin d’Eden dans lequel explose une masse d’insectes, de fleurs, de mains et de bouches poussant un Adam et une Eve écorchés vifs à prendre la fuite. Mystique toujours, l’installation de E.V.Day, artiste américaine spécialiste des créations aériennes reposant sur des suspensions. Là encore, si l’impression générale qui se dégage de l’œuvre est une sorte d’explosion de tissus, l’artiste a d’abord voulu mettre en scène un duel entre deux mariées dont les robes se désintègrent en lambeaux en créant un motif inspiré notamment du futurisme.

James Roper, peinture Laqa and Co

James Roper, peinture réalisée pour l’habillage du packaging d’un produit de la marque de cosmétique Laqa and Co.  © James Roper

James Roper, Hypermass

James Roper, Hypermass, 2011 © James Roper

Fred Tomaselli, Expulsion

Fred Tomaselli, Untitled (Expulsion), 2000. Leaves, pills, insects, acrylic, photocollage, and resin on wood panel, 213.4 x 304.8 cm. Collection of Peter Norton © Fred Tomaselli

E.V.Day, Bride Fight

E.V.Day, Bride Fight, 2006, Two vintage white silk bridal gowns, two tiaras, two veils, two pairs of shoes, two pairs of gloves,hairpiece, garters, panties, faux-pearl necklace, monofilament, fishing tackle and turnbuckles. Approx. 11 1/2 x 18 x 16 feet. Collection of The Lever House, NYC © E.V.Day

Trompeuse également cette sculpture de l’artiste coréen Kim Byoungho. Proche dans sa forme de celle d’une étoile implosant, il s’agit en fait d’une création ayant la propriété de produire des sons grâce à l’utilisation de technologies et de matières spéciales. Plus proche de notre problématique, cette sculpture de l’allemand Bjorn Dahlem semblant tout faire valser autour d’elle et qui pourtant représente un trou noir aspirant divers objets éclairés par de grands néons qui structurent cet ensemble. À l’inverse, cette sculpture de Tom Friedman semble réellement exploser. Malgré la fragilité et la petitesse des éléments qui la composent, de simples cure-dents, elle produit une réelle impression de mouvement et un effet optique bluffant. Cet artiste semble particulièrement intéressé par notre sujet puisqu’on lui doit également cette peinture « Big Bang » dont la composition ne nous laisse aucun doute sur sa nature. Une peinture à rapprocher d’autres, notamment de cette œuvre de Nina Bovasso ou encore de cette fresque réalisée par Gary Simmons, artistes qui tous deux nous livrent leur version d’une sorte d’explosion ultime.

Kim Byoungho, Soft Crash

Kim Byoungho, Soft Crash, 2011, Aluminium, piezo, arduino, 330 x 330 x 165 cm © Kim Byoungho

Bjorn Dhalem, Black Hole

Bjorn Dhalem, Black Hole, 2005 © Bjorn Dhalem

Tom Friedman, toothpicks

Tom Friedman, untitled, 1995, toothpicks © Tom Friedman

Tom Friedman, Big Bang

Tom Friedman, Big Bang, 2008, glitter and mixed media on paper, 304,8 x  304,8 cm © Tom Friedman

Nina Bovasso, Explosion

Nina Bovasso, extrait de la série « Explosion », 20 x 25 inches, Acrylic on paper © Nina Bovasso

Gary Simmons, boom

Gary Simmons, boom, 1996/2003, white pigment and pastel on blackboard-paint primed panel, 317.8 x 530.5 cm © 2012 Gary Simmons

Un cran encore plus loin, l’installation de Carlos Amorales permettant au spectateur, grâce à  ses dimensions, de véritablement entrer dans l’événement et de se balader entre les débris projetés par on ne sait quelle bombe. Une ultime explosion, bouquet final de ce sujet mais pas de cette série d’articles puisque nous nous retrouverons la semaine prochaine avec un dernier opus consacré à l’objet explosé.

Carlos Amorales, Explosion

Carlos Amorales, Explosion, 2010 © Carlos Amorales

Vous aimerez aussi :