« À qui vient des plaines de lumières, les corps ne sont que des évidences fragiles et tronquées du grand jour » Roger Munier

Il existe du Goya autant que de l’impressionnisme chez Alex Kanevsky tant sa manière de reprendre les images des vanités si fréquentes au XVIIème retrouve des accents douloureux. Il en va ainsi particulièrement de ses portraits de femmes isolées: parfois jeunes, parfois plus âgées et affaissées elles sont peintes sans condescendance mais sans provocation. Chaque portrait atteint une profondeur sombre même lorsque les tonalités des toiles demeurent claires pour exprimer une désolation qui s’inscrit sur le visage ou sur le corps. Sans doute le peintre se projette-t-il au sein des angoisses que suggèrent ses  femmes – sujets « sans histoire » mais qui pourtant restent lourdes de tout un poids de vie imprégnée de douleur. Alex Kanevsky plonge le regardeur au cœur d’une errance immobile et cataclysmique dans laquelle la statique des poses les plus simples catalyse une force sourde derrière la passivité d’apparence. L’artiste américain atteint une autonomie particulière dans la peinture du temps. Sans effets de mise en scène, sans attrape-nigauds inhérents à la figuration le peintre dévoile ce qu’il y a de plus secret dans l’être: son flot obscur auquel répond celui de l’œuvre, son désir sombre, son attente et une perpétuelle interrogation.

Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, Breathing Room© Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, Breathing Room, huile sur bois, 168×168 cm, 2014
Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, Dark Pond© Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, Dark Pond, huile sur bois, 46×46 cm, 2014
Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, J.W.i. Twice© Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, J.W.i. Twice, huile sur bois, 46×46 cm, 2014
Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, Large Nude with Futon© Alex Kanevsky, série Beautiful and profound paintings, Large Nude with Futon, huile sur bois, 91×91 cm, 2014
Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, Issued Items© Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, Issued Items, huile sur bois, 46×46 cm, 2013
Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, C.B. in Water© Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, C.B. in Water, huile sur bois, 46×46 cm, 2013
Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, Virgil© Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, Virgil, huile sur bois, 46×46 cm, 2013
Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, K.B. and K.B© Alex Kanevsky, série The Fox and the Hedgehog, K.B. and K.B, huile sur bois, 46×46 cm, 2013

De telles œuvres ne représentent jamais ce que Frank Stella nomme  « des mamelles qui gavent », elles offrent à l’inverse une série de coupures dans et de l’image. D’où la hardiesse d’une œuvre. Elle décompose le corps avant de le reconstruire mais selon une figuration différente et parfois comme diffractée ou éclatée. Les classiques apparences picturales sont donc biaisées au profit d’une assomption inattendue: le regardeur glisse à l’intérieur de gouffres qui sommeillent (sur la toile et en lui) dans ce qui tient de la jouissance du regard mais aussi du vide, de la peur, de l’angoisse qu’il perçoit. Passé ce stade, le monde palpite dans ses profondeurs des songes ou des méditations les plus sombres. Perdant (parfois) ses contours précis, la femme ne gagne pas en évanescence mais en une présence forte de relief et d’intensité. Le monde reste diurne mais un aspect nocturne est épousé, accepté dans une épaisseur par delà ses arêtes, ses surfaces, ses apparences, bref en des dimensions dont la plupart se refusent au jour. Alex Kanevsky apprend combien l’être demeure tronqué dans sa simple évidence. Sans cette vibration étrange que lui donne la peinture il est estropié. En conséquence cette peinture si grave pourtant apprend la lumière, comme la nuit nous permet de connaître le jour. D’ailleurs et à titre d’exemple, une femme vue au jour et dans l’ombre n’est pas la même: on peut d’ailleurs se demander qui est la vraie: celle de la convention sociale et des canons de la beauté du temps, celle qui se cache dans l’ombre et que l’on découvre autrement.

Alex Kanevsky, série Doppio Sogno, Red Room© Alex Kanevsky, série Doppio Sogno, Red Room, huile sur toile, 37×152 cm, 2012
Alex Kanevsky, série Doppio Sogno, Peggy's Bed© Alex Kanevsky, série Doppio Sogno, Peggy’s Bed, huile sur toile, 29×47 cm, 2012
Alex Kanevsky, série Proserpine: Conference J.F.H. four times© Alex Kanevsky, série Proserpine: Conference (J.F.H. four times), huile sur deux planches, 91×132 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Proserpine: J.F.H© Alex Kanevsky, série Proserpine: J.F.H, huile sur planches, 61×61 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Proserpine: Twins' Bath© Alex Kanevsky, série Proserpine: Twins’ Bath, huile sur toile de lin, 168×168 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Proserpine: H.2© Alex Kanevsky, série Proserpine: H.2, huile sur mylar monté à bord, 61×61 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Proserpine: J.F.K© Alex Kanevsky, série Proserpine: J.F.K, huile sur bois, 61×61 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Proserpine: C.B.2© Alex Kanevsky, série Proserpine: C.B.2, huile sur planche, 30×30 cm, 2010
Alex Kanevsky, série The sleeping games© Alex Kanevsky, série The sleeping games, huile sur bois, 15×30 cm, 2010
Alex Kanevsky, série The sleeping games© Alex Kanevsky, série The sleeping games, huile sur bois, 15×30 cm, 2010
Alex Kanevsky, série The sleeping games© Alex Kanevsky, série The sleeping games, huile sur bois, 15×30 cm, 2010
Alex Kanevsky, série The sleeping games© Alex Kanevsky, série The sleeping games, huile sur bois, 15×30 cm, 2010
Alex Kanevsky, série The sleeping games© Alex Kanevsky, série The sleeping games, huile sur bois, 15×30 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, J.F.H© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, J.F.H, huile sur planche, 122×122 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Big Bed© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Big Bed, huile sur planche, 36×168 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, J.F.H. Ten Times© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, J.F.H. Ten Times, huile sur planche, 152×121 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Fur Coat© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Fur Coat, huile sur toile de lin, 76×61 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, J.F.H. with Four Doors© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, J.F.H. with Four Doors, huile sur bois, 91×147 cm, 2010
Large Nude with Several Pictures of Herself© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Large Nude with Several Pictures of Herself, huile sur bois, 91×151 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Chelsea Hotel Landscape© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Chelsea Hotel Landscape, huile sur bois, 122×122 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Heroic Composition© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Heroic Composition, huile sur bois, 22×41 cm, 2010
Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Artis in Search of Painting© Alex Kanevsky, série Heroes and Animals, Artis in Search of Painting, huile sur bois, 22×41 cm, 2010

Certes, le monde réel peut suffire en extase et en horreur. Mais d’où vient celui de la peinture d’Alex Kanevsky si déroutant, si différent? N’est-ce pas là la grande leçon d’un peintre qui nous persuade que la réalité n’est pas que ce qu’on voit et que seule la peinture atteint sa profonde, son insondable existence? Elle devient ici le lieu de la plus cruelle solitude, du plus amer abandon. Elle peut nous renvoyer à la désolation de notre être lorsqu’il est  sans appui ni consolation. De tels tableaux demeurent (le plus souvent) ceux de l’insomnie et de la souffrance. En son sein se perd parfois tout repère: elle ne fait des modèles que des égarés, sans issue, sans chemin. Leur ombre comme leur lumière et leurs facettes ne sont ténèbres, que ténèbres qui les enferment en ne pouvant plus offrir les merveilles assoupies du jour.

Alex Kanevsky, Apartment© Alex Kanevsky, Apartment, huile sur bois, 30×122 cm, 2005
Alex Kanevsky, T.S. Holding Wire© Alex Kanevsky, T.S. Holding Wire, huile sur bois, 61×46 cm, 2005
Alex Kanevsky, A.L.S© Alex Kanevsky, A.L.S, huile sur bois, 61×61 cm, 2005
Alex Kanevsky, K.B. in her Bathroom© Alex Kanevsky, K.B. in her Bathroom, huile sur bois, 61×61 cm, 2005
Alex Kanevsky, Party 1© Alex Kanevsky, Party 1, huile sur bois, 61×61 cm, 2005
Alex Kanevsky, Party 2© Alex Kanevsky, Party 2, huile sur bois, 117×122 cm, 2005
Alex Kanevsky, Bathroom with Motion© Alex Kanevsky, Bathroom with Motion, huile sur bois, 91×91 cm, 2006
Alex Kanevsky, A.L.S. with Motion© Alex Kanevsky, A.L.S. with Motion, huile sur bois, 91×91 cm, 2006
Alex Kanevsky, Asya's Apartment© Alex Kanevsky, Asya’s Apartment, huile sur bois, 30×91 cm, 2006
Alex Kanevsky, série Parlor Games: Annunciation© Alex Kanevsky, série Parlor Games: Annunciation, huile sur toile de lin, 167×167 cm, 2007
Alex Kanevsky, série Parlor Games: A.L.S© Alex Kanevsky, série Parlor Games: A.L.S, huile sur bois, 91×91 cm, 2007
Alex Kanevsky, série Parlor Games: Apartment© Alex Kanevsky, série Parlor Games: Apartment, huile sur bois, 46×81 cm, 2007
Alex Kanevsky, série Parlor Games: K.B. with Chair© Alex Kanevsky, série Parlor Games: K.B. with Chair, huile sur bois, 51×51 cm, 2007
Alex Kanevsky, série Parlor Games© Alex Kanevsky, série Parlor Games, huile sur bois, 36×112 cm, 2007
Alex Kanevsky, série Visitations: Hotel© Alex Kanevsky, série Visitations: Hotel, huile sur toile de lin, 168×168 cm, 2008
Alex Kanevsky, série Visitations: J.F.H. in her Furs© Alex Kanevsky, série Visitations: J.F.H. in her Furs, huile sur bois, 61×61 cm, 2008
Alex Kanevsky, série Visitations: J.F.H. with Her Portrait© Alex Kanevsky, série Visitations: J.F.H. with Her Portrait, huile sur toile lin, 122×122 cm, 2008
Alex Kanevsky, série Visitations: E.T© Alex Kanevsky, série Visitations: E.T, huile sur bois, 61×61 cm, 2008

Vous aimerez aussi :