Lorsque que l’on parle de classicisme on se représente toujours des proportions parfaites, un drapé majestueux ou bien encore un jeu d’ombre et de lumière saisissant. Simon Casson dans ses peintures à l’huile, joue avec ce classicisme, thème qui l’obsède. Il le remodèle et lui donne une nouvelle signification. Cet artiste est né en 1965 à York et est diplômé des Beaux-Arts de Exeter College, de Central Saint Martins College et de la Royal Academy of Arts. Il  travaille et vit à Somerset.

Ses peintures combinant natures mortes, mais aussi éléments tirés d’œuvres existantes, créent une nouvelle façon de voir la peinture classique mais aussi historique. On pourrait croire que Simon Casson fait un collage des différents éléments qu’il choisit, mais en réalité il peint chaque chose reprise, chaque détail qui l’intéresse et l’intrigue. Ses œuvres combinent figuration et abstraction, nous posant la question de la limite entre les deux puisque plusieurs univers se fondent pour ne former qu’une seule unité. Ce que nous voyons en premier est immanquablement la peinture réaliste et précise, contrairement à la peinture étalée au doigt et au pinceau qui semble occuper un espace indéfini sur la toile. L’abstrait semble alors avoir un rôle d’encadrement.

Simon Casson, Vur-voreSimon Casson, Vur-vore, huile sur toile, 240x190cm  © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, VayerSimon Casson, Vayer, huile sur toile, 122x137cm ©
Simon Casson, RouzaboutSimon Casson, Rouzabout, huile sur toile, 180x140cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, MommetrySimon Casson, Mommetry, huile sur toile, 122x137cm ©
Simon Casson, Artchet IISimon Casson, Artchet II, huile sur toile, 36×41 cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, AnbySimon Casson, Anby, huile sur toile, 180x140cm ©

On remarque dans le travail de Simon Casson, la récurrence de l’image féminine. La femme est d’ailleurs omniprésente dans les peintures classiques, puisqu’elle représente la beauté. La nudité de ces déesses n’a rien de vulgaire et nous fait penser à la Vénus d’Urbin de TitienSimon Casson reprend dans ses œuvres ces femmes déesses idéalisées, aux corps dénudés et aux courbes parfaites. Mais en cachant leur visage, il obscurcit leur identité et dissimule leurs histoires. Ainsi, il permet à chacun de voir en elles la femme idéale. Ces femmes sans visages aux corps découverts, semblent nous observer derrière leurs masques de peinture. Simon Casson joue avec notre curiosité et notre imagination en occultant certaines parties des tableaux. C’est le rôle du spectateur de reconstituer dans son imaginaire le tableau qui devient ainsi quelque chose de singulier à chacun.

La peinture aux couleurs plus vives autour des femmes les sépare du reste du tableau. Elles semblent être totalement indifférentes à tout ce mouvement qui les encercle. Sont-elles dans un monde onirique et fantastique? Les lignes grossières et brumeuses nous rappellent cet univers irréel qui contraste tant avec ces figures réalistes.

Simon Casson, Lupercalia Study IISimon Casson, Lupercalia Study II, gesso, pastel, encre et crayon sur papier, 30x32cm ©
Simon Casson, Lupercalia (Study) IVSimon Casson, Lupercalia (Study) IV, gesso, pastel, encre et crayon sur papier, 56x76cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, ChaimerSimon Casson, Chaimer, huile sur toile, 81×94 cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, LitsomeSimon Casson, Litsome, huile sur toile, 80×60 cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, HallantideSimon Casson, Hallantide, huile sur toile, 122x137cm ©
Simon Casson, GiffinSimon Casson, Giffin, huile sur toile,  122x137cm ©

Ce monde fantastique se mêle au songe, mais aussi à un univers plus inquiétant, et cela plus particulièrement dans les peintures de sa campagne aimée de Somerset. Sa maison rurale, son atmosphère et le folklore de cette région sont les sources d’inspiration de ses peintures plus réalistes mais à la fois plus obscures et oppressantes. Ses peintures à l’huile sont peintes dans un style de photos anciennes où l’on retrouve seulement deux ou trois teintes de couleurs dominantes. L’imprécision, le flou et le fondu mêlés à une netteté lointaine nous suggèrent un monde fantastique où subsiste pourtant des éléments classiques comme l’architecture. Ce rappel bref d’un monde réel nous tire des profondeurs de la rêverie et du fantastique mais aussi de l’enchantement et de l’idéalisme du style classique.

Simon Casson, Study for Smeech and Hrain ISimon Casson, Study for Smeech and Hrain I, huile et gesso sur papier, 30x32cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, SmameSimon Casson, Smame, huile sur toile, 81×94 cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, VallensSimon Casson, Vallens, huile sur toile, 122×137 cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, WoakSimon Casson, Woak, huile sur toile, 81×94 cm © Courtesy Galerie Guido Romero Pierini
Simon Casson, GalitrapSimon Casson, Galitrap, huile sur toile, 180x140cm ©
Simon Casson, DrashelSimon Casson, Drashel, huile sur toile, 240x190cm ©
Simon Casson, DinderSimon Casson, Dinder, huile sur toile, 122x137cm ©

Vous aimerez aussi :