Un entretien Boum! Bang!

Né en 1947 aux États-Unis, Rodney Smith nous plonge dans un univers tout droit sorti du début du XXème siècle. L’artiste a reçu, au cours de sa carrière, plus d’une cinquantaine de prix récompensant ses photographies surréalistes – qui ne sont pas sans rappeler certains travaux de René Magritte. Entretien avec cet artiste atypique aux œuvres originales, fantaisistes et poétiques.

Rodney Smith, Autoportrait© Rodney Smith, Autoportrait

B!B!: Comment êtes-vous parvenu à la photographie et quel est votre parcours artistique?

Rodney Smith: Je viens d’une famille très visuelle et ce n’est donc pas une surprise, au moins pour moi, d’avoir choisi de faire quelque chose lié à l’image. J’aurais pu être designer de meubles, architecte, architecte paysagiste, ou tout simplement jardinier, mais avec les circonstances, j’ai choisi de devenir photographe. Pour moi, on apprend en dernier à développer une vision ou le fait d’avoir quelque chose à dire sur le monde à l’école d’art.

B!B!: Quelles sont vos influences?

Rodney Smith: Mes influences ne sont certainement pas issues de la culture populaire. Elles viennent de la peinture de la Renaissance italienne, de la photographie du milieu du XXème siècle, de la peinture de John Singer Sargent, de la culture japonaise, du style Biedermeier et probablement de ma famille et de mon éducation.

B!B!: Quels photographes influencent votre travail?

Rodney Smith: Alfred Stieglitz, Henri Cartier-Bresson, André Kertész et Paul Caponigro.

B!B!: Vos photographies ont un style « très anglais ». Parlez-moi de vos choix esthétiques.

Rodney Smith: J’ai été élevé au milieu du XXème siècle et j’ai grandi avec cette esthétique. J’ai toujours senti que beaucoup de gens pensaient que j’étais britannique. Je crois avoir une esthétique européenne, et quand je reviens à la campagne britannique, j’ai l’impression d’être de retour à la maison.

B!B!: Comment décririez-vous votre travail?

Rodney Smith: En plus d’être fantaisiste, j’espère profondément que mon travail est émotionnel et réfléchi.

B!B!: Quels sont vos futurs projets?

Rodney Smith: Plus importants encore. Je travaille actuellement sur mon cinquième livre, une rétrospective qui sera publié par Vendome Press – une division de Abrams – à l’automne 2015. Je me prépare également pour une exposition qui se tiendra à New York ou en Angleterre en mai 2015.

B!B!: Donnez-moi votre vision du monde.

Rodney Smith: Bien que mes photographies doivent être quelque peu familières puisqu’elles sont classiques dans la nature, elles sont en fait tout à fait nouvelles au début du XXIème siècle. Le monde d’aujourd’hui a atteint une impasse. La musique est discordante; l’art, conceptuel ou non, est vulgaire; la culture est indélicate, elle manque de style et de grâce; et tout cela a besoin de changement. Le monde de mes photographies est un monde un peu hors de portée. Il nous obligerait à aspirer à plus, à atteindre un mieux et à apporter la civilité, la grâce, la beauté et le retour à un monde qui a disparu. Sans s’en rendre compte, la culture populaire crie « Non! ». J’espère que mes photos proclament plutôt un « Oui! ».

© Rodney Smith, Reed Skiing© Rodney Smith, Reed Skiing, Lake Placid, New York, New York, 2008
Rodney Smith, Collin under Thumb© Rodney Smith, Collin under Thumb, New York, New York, 2005
Rodney Smith, James in Innertube with Duck© Rodney Smith, James in Innertube with Duck, Lake Placid, New York, 2006
Rodney Smith, Alan leaping from 515 Madison Avenue© Rodney Smith, Alan leaping from 515 Madison Avenue, New York City, 1999
Rodney Smith, Reed Perched on the top of Ladder with Binoculars© Rodney Smith, Reed Perched on the top of Ladder with Binoculars, Snedens Landing, New York, 2012
Rodney Smith, Twins in Tree© Rodney Smith, Twins in Tree, Snedens Landing, New York, 1999

B!B!: Décrivez-moi une journée type.

Rodney Smith: (Traduction de l’article My Daily Life du 30 Octobre 2013 sur son blog)

Entre 5h et 6h, selon la saison, je me lève. C’est à la fois un moment de grand bonheur, le meilleur moment très souvent de toute la journée, mais souvent empreint d’anxiété. Je n’ai jamais très bien compris pourquoi je me sentais à la fois heureux et inquiet. Je ne bois la plupart du temps pas une tasse de café, mais plutôt un valium pour obtenir mon roulement du jour.

Entre 7h et 8h, le petit déjeuner est devenu en quelque sorte un rituel, blancs d’œufs brouillés avec du pain grillé, habituellement suivi d’une heure de bonheur soit à lire le New York Times ou, au printemps et en été, à marcher dans le jardin élagué, écouter et parler tranquillement sur le paysage et les jardins autour de moi. En ce moment, j’ai besoin d’une tasse de café. Il n’y a rien de tel qu’un valium suivi d’une tasse de café pour réaliser enfin l’extase parfaite de la matinée.

Entre 8h et 9h, puisque j’ai atteint l’équilibre parfait, j’ai une légère inclinaison vers le repos et la sieste. C’est devenu une habitude qui a commencé à la vingtaine. Cette fois, il semble bien que j’ai quitté le monde et c’est l’un de mes moments préférés de la journée. J’aime me réveiller et me rendormir. Je m’assois souvent dans mon fauteuil préféré dans mon salon avec le soleil qui brille à travers les fenêtres et je m’endors rapidement et paisiblement pendant une heure.

Entre 9h et 12h, tout le monde arrive à 9 et je dois faire comme si j’étais occupé. Tout le monde papote de la numérisation, de la facturation, de l’estimation, du film de traitement, etc. Toute ma vie, j’ai essentiellement porté l’uniforme, même si aujourd’hui j’ai cassé cette habitude de porter un pantalon kaki, une chemise avec mes initiales brodées sur le troisième bouton et une paire de mocassins à glands. Ce fut mon uniforme à l’école d’embarquement, puis à l’université et dans la vie. Pourquoi changer une bonne chose. Je sais ce que je vais porter et je n’ai pas à m’inquiéter. Je suis à l’aise dans mon uniforme. C’est aussi mon moment le plus productif. Si je fais de la prise de vue, écris sur des blogs, fais de la correspondance, ou de la paperasse en général, c’est le moment où je vais être le plus productif. La journée est perdue pour moi lorsque que l’horloge sonne midi.

Entre midi et 13h, je déjeune; les mois d’hiver, un beau déjeuner colombien est préparé par notre gouvernante colombienne de longue date, Matilde. Le repas est composé de poulet, de riz et de carottes et durant les derniers mois, cette situation n’a pas varié. En été, j’ai souvent une salade hachée composé de légumes et de tomates de notre jardin.

De 13h à 13h30, je prends habituellement du temps pour lire, une œuvre de fiction souvent. J’essaie de lire un livre par semaine.

De 13h30 à 14h, je fais une autre sieste. Toutes les personnes devraient faire une petite sieste. Depuis que je fais ce travail, je trouve cela très bon de fermer les yeux pendant vingt minutes ou une demi-heure. Se réveiller rafraîchi.

Entre 14h et 16h, je tente faiblement d’obtenir plus de travail. Si je suis intelligent, ce que je suis rarement, je dois faire quelque chose de productif comme le dépôt ou redresser le studio, le nettoyage de mes appareils, ou tout simplement penser à de nouvelles idées. L’ironie du sort dans cela est que, quand j’étais plus jeune, certaines de mes meilleures idées me sont venues tandis que je tondais la pelouse. Je n’ai pas trouvé une activité physique équivalente, mais je suis sûr que cela existe.

De 16h à 17h, je marche sur la côte sauvage, habituellement une heure à travers les bois avec des pensées profondes. Malheureusement, mes pensées finissent généralement sur ​​l’argent; combien je dois faire sur l’année par exemple, mais j’essaie de laisser les choses se faire et à l’occasion je pense à des idées que je veux réaliser photographiquement.

Entre 17h et 18h, je retourne à mon roman.

De 18h à 19h30, je dîne habituellement avec ma femme Leslie. Comme je suis à la maison la plupart du temps, je suis prêt à sortir. Comme elle est sortie la plupart de la journée, elle préfère être à la maison. Nous transigeons généralement cela en passant quelques jours à manger dans des lieux locaux et quelques jours à manger à la maison. Ce n’est jamais un répit relaxant de la journée. Si vous voulez me voir au mieux, vous devez me voir le matin.

Entre 20h et 21h30, si c’est l’été, je suis généralement en train de regarder le match de football. Je m’endors souvent sur la première manche ou sur la cinquième et me bat pour rester éveillé à la septième à laquelle je renonce et vais finalement au lit.

À 22h, après deux ou trois pages de lecture, tout va bien et je suis endormi.

Rodney Smith, Superslow Exercise© Rodney Smith, Superslow Exercise, New York City, 2001
Rodney Smith, Skyline, Hudson River© Rodney Smith, Skyline, Hudson River, New York, 1995
Rodney Smith, Reed with Megaphone on Rooftop© Rodney Smith, Reed with Megaphone on Rooftop, New York, New York, 2011
Rodney Smith, Deanna and Eva no.1© Rodney Smith, Deanna and Eva no.1, The Cloudroom, New York City, 1999
Rodney Smith, Viktoria Under Lampshade© Rodney Smith, Viktoria Under Lampshade, Rhinebeck, New York, 2011
Rodney Smith, Men with Boxes on Head© Rodney Smith, Men with Boxes on Head, Brunswick, GA, 2001
Rodney Smith, Leaning House© Rodney Smith, Leaning House, Alberta, Canada, 2004
Rodney Smith, Collin with Magnifying Glass© Rodney Smith, Collin with Magnifying Glass, Alberta, Canada, 2004

B!B!: Si vous pouviez vous réincarnez?

Rodney Smith: Quand c’est fini, c’est fini.

B!B!: Un artiste?

Rodney Smith: Je suis heureux d’être moi-même, mais j’aime le travail de Fra Filippo Lippi.

B!B!: Un animal?

Rodney Smith: Mon chien Golly.

B!B!: Un livre?

Rodney Smith: « Les Raisins de la colère » de John Steinbeck.

B!B!: Un film?

Rodney Smith: « Chinatown » de Roman Polanski.

B!B!: Une chanson?

Rodney Smith: « My Romance » d’Ella Fitzgerald.

B!B!: Si vous pouviez organiser un dîner avec dix personnalités, qui seraient-elles?

Rodney Smith: Alfred Einstein, Bertrand Russel, Platon, Charles Darwin, Sigmund Freud, Thomas Jefferson, Leonardo da Vinci, Elizabeth I, Ingrid Bergman et Audrey Hepburn.

B!B!: Et si je vous dis « Boum! Bang! »?

Rodney Smith: Bang! Boum! à vous!

Rodney Smith, Woman with Hat Between Hedges© Rodney Smith, Woman with Hat Between Hedges, Parc de Sceaux, France, 2004
Rodney Smith, Edythe and Andrew Kissing on Top of Taxis© Rodney Smith, Edythe and Andrew Kissing on Top of Taxis, New York, New York, 2008
© Rodney Smith, Erin camouflaged against flag, Piermont, New York© Rodney Smith, Erin camouflaged against flag, Piermont, New York, 2014

Vous aimerez aussi :