« One drawing a day keeps the doctor away ». C’est cette petite phrase aux allures innocentes mais pleine de bon sens qu’a choisi le duo Mrzyk & Moriceau pour légender l’un des sites présentant leur travail. Jamais avares de dessins, ces deux artistes, aux crayons très bavards, sont en effet les heureux parents d’une ribambelle d’œuvres euphorisantes, plus loufoques les unes que les autres. Mais avant de plonger dans leur univers à l’encre de chine, découvrons qui se cache derrière « Mrzyk » et derrière « Moriceau ».

Petra Mrzyk a.k.a « Mrzyk » est née en 1973 à Nuremberg et Jean-François Moriceau a.k.a « Moriceau » est né en 1974 à Saint-Nazaire. Après s’être rencontrés dans leur école d’art, ces deux dessinateurs ont décidé de tracer leur route ensemble et travaillent aujourd’hui à Châtillon-sur-Indre. Depuis la fin des années 90, ils ont fait du dessin leur discipline de prédilection. Un art qu’ils pratiquent sur papier ou directement sur les murs des galeries mais qu’ils laissent également se déployer dans des installations tentaculaires et des films d’animation.

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau

C’est d’un trait net et incisif que Mrzyk & Moriceau esquissent leurs dessins: des humains, des animaux et d’étranges croisements entre les deux, souvent sans fond ni décor, parfois d’une grande simplicité ou parfois dans des compositions chargées et fortement contrastées. Chacun porte en lui de façon indépendante une idée, une réflexion, un regard amusé et amusant sur le monde. Dans leurs œuvres, il est ainsi question de l’absurdité de certaines situations de la vie quotidienne, de sexualité, de nos fantasmes assumés ou inavouables mais également de questions de société traitées avec plus ou moins de sérieux.

Envisagés dans leur ensemble, ces centaines de dessins se chevauchent et se répondent, dans une sorte d’histoire sans début et sans fin. Ils constituent ainsi une œuvre totale, géante mais cohérente, en perpétuel work in progress et donnant l’impression de voyager à travers une hallucination teintée d’humour et d’érotisme. Et au milieu de ce joyeux bazar fait de morceaux de corps, de petites bêtes et de détournements d’images populaires, le burlesque et le cynisme sont rois.

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, vue de l’exposition « The Man With The Golden Gun », à San Francisco en 2011 © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, vue de l’exposition « The Man With The Golden Gun », à San Francisco en 2011 © Mrzyk & Moriceau

Ces artistes se disent inspirés par les magazines des seventies et des eighties comme « Métal hurlant », « Hara-Kiri » ou encore « Interview », le magazine d’Andy Warhol. On a également parfois l’impression que leurs personnages et leurs créatures sont des versions modernes en noir et blanc de celles du « Jardin des délices » de Jérôme Bosch ou inspirés du travail des surréalistes.

Les corps et les caractères typographiques sont mous, élastiques et se déforment au gré de l’imagination comme s’ils étaient faits de pâte à modeler. Mrzyk & Moriceau, tels des savants un peu fous, greffent des membres sur d’autres membres, rendent l’inanimé vivant et déjouent toutes les règles de la logique comme de l’anatomie pour créer des collisions entre réalité et fantaisie. Ils jouent également avec les démultiplications et les effets de kaléidoscope pour créer à l’infini des effets visuels surprenants. Comme hypnotisé, notre œil gourmand perd la tête et dévore leurs créations une à une avec un appétit toujours plus grand. Ce qui tombe plutôt bien tant ces deux boulimiques de travail semblent aimer nous rassasier.

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, vue de l’exposition « Golden eyes » au Caixa Forum de Barcelone en 2008 © Mrzyk & Moriceau

Au-delà de ses petits formats, le duo invente des installations permettant à la fois de scénariser ses dessins mais également de créer des effets d’échelle, de matière, de superposition et de perspective. Des grands dessins à même le mur sont ainsi partiellement recouverts par des petits formats bordés de cadres ronds ou rectangulaires et des écrans présentant son travail d’animation. Le tout donne naissance à des fresques colonisant les lieux où son travail est montré. Celles-ci débordent littéralement comme si elles étaient animées par une sorte d’énergie incontrôlable.

Mrzyk & Moriceau ont également un goût prononcé pour l’animation qui leur permet de donner vie à leur univers graphique. Les deux dessinateurs fricotent ainsi avec le monde de la musique et signent les clips d’artistes comme Air, Sebastien Tellier et Breakbot.

Le duo Mrzyk & Moriceau est actuellement représenté par la Galerie Air de Paris, située au 32 de la rue Louise Weiss dans le 13ème arrondissement de Paris. Le site 1000dessins.com ainsi que leur nouveau Tumblr vous permettront également de découvrir leurs créations.

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau

 

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau

 

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau

 

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau
Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau

 

Mrzyk & MoriceauMrzyk & Moriceau, Sans titre, encre sur papier © Mrzyk & Moriceau