« Si le monde était clair, l’art ne serait pas. », Albert Camus (Le Mythe de Sisyphe, 1942)

Julien Gorgeart construit ses images comme on rate parfois ses photos, fixant l’objectif sur un détail incongru, flash pointé sur un personnage et décadrant ses sujets. Dans son travail, la réalité n’est qu’illusion, simulation et réactivation du nécessaire; les fondamentaux du paraître déguisent son œuvre d’une fidélité de type photographique, représentent des parcelles de scènes quotidiennes.

À la lecture d’un hyperréalisme omniprésent dans la peinture de Julien Gorgeart, se distingue une familiarité spontanée, fluide, immédiate. C’est la traduction visuelle d’un incipit in media res, comme on en trouve dans les romans des existentialistes. Un renouement manichéen avec l’ordinaire, tergiversant avec l’amertume et l’appréciation de l’environnement trivial. En accordant une place privilégiée au portrait — maîtrisé dès lors par un notable académisme plastique —, l’artiste déploie une narration subtile, figée dans le vif d’une histoire anonyme. Affranchi des contraintes esthétiques, sans négliger pour autant modelé et perspectives, il en saisit une imagerie prosaïque, semblable à celles de Nan Goldin qui déclarait : « Si je veux prendre une photo, je la prends, peu importe ce que c’est. »

Julien Gorgeart, Motel

© Julien Gorgeart, Motel, Huile sur toile, 134×106 cm, 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Le gisant

© Julien Gorgeart, Le gisant, Aquarelle sur papier, 46×64 cm, 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart

© Julien Gorgeart, sans titre, Hérodiade Huile sur toile 120 x 160 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, L’espace d’un cri

© Julien Gorgeart, L’espace d’un cri, Encre de chine 40 x 60 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Playtime

© Julien Gorgeart, Playtime, Aquarelle 37,5 x 49,5 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, The limit of control

© Julien Gorgeart, The limit of control, Encre de chine, 52,5 x 70 cm, 2015 © Courtesy Galerie ALB

Énonciation d’une liberté équivoque, sa démarche questionne au préalable le rapport entre perception et photographie. « Malgré les apparences hyperréalistes, je suis un peintre du simulacre. Je traduis le monde réel afin d’ouvrir des perspectives narratives et cinématographiques. », confesse-t-il. Issues de sa propre expérience, de celles de ses proches ou d’inconnus, les images de Julien Gorgeart correspondent à des mises en scène où chaque détail est dûment réfléchi: décors, couleurs, lumières, postures, expressions et textures fédèrent une dimension filmique certaine. Indéniablement liée aux prédispositions photographiques qui multiplient les points de vue — plongeante, d’ensemble ou serrée —, sa sensibilité autorise la tromperie. « Je reste très fidèle à l’image de départ mais parfois, pour accentuer une ambiance ou appuyer le sens, je vais oublier certains détails ou grossir l’ombre du flash, changer l’expression du visage… Je me laisse une marge de manœuvre », énonce-t-il.

Julien Gorgeart, Jour de fête

© Julien Gorgeart, Jour de fête, Aquarelle sur papier, 39×52 cm, 2013 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Serpentins et cotillons

© Julien Gorgeart, Serpentins & cotillons, Aquarelle sur papier, 10×15 cm, 2011 © Courtesy Galerie ALB

La suggestion d’un artefact bicéphale, inscrit dans la fusion technique — photographie / peinture — et sémantique — vérité / illusion —, révèle chez Julien Gorgeart une puissante contenance, soutenue par le talent du trait. Proche des thématiques de Christian Boltanski Je suis content, c’est mon anniversaire », 1974) ou de l’Hyperréalisme de Chuck Close, la vision du peintre révèle toute l’authenticité narrative des banalités journalières.

Julien Gorgeart, Reflets 1

© Julien Gorgeart, Reflets#1, Encre de chine sur papier 40 x 30 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Une histoire vraie

© Julien Gorgeart, Une histoire vraie, Aquarelle 30,5 x 22,5 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Meurtres sur canapé

© Julien Gorgeart, Meurtres sur canapé, Aquarelle 41 x 30,5 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Oasis

© Julien Gorgeart, Oasis, Huile sur toile 90 x 120 cm 2013 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, hors champ

© Julien Gorgeart, hors champ, Huile sur toile 70 x 80 cm 2015 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Jardin fantôme

© Julien Gorgeart, Jardin fantôme, Huile sur toile 110 x 140 cm 2013 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, La petite collection

© Julien Gorgeart, La petite collection, Aquarelle 10 x 15 cm 2014 © Courtesy Galerie ALB

Julien Gorgeart, Le clos Normand

© Julien Gorgeart, Le clos Normand, Huile sur toile 100 x 150 cm 2012 © Courtesy Galerie ALB

Vous aimerez aussi :