Un stylo à bille, une grande feuille vierge et beaucoup de temps; voilà tout ce qu’il faut à Jonathan Bréchignac pour créer sa série « The Carpets ». Cet artiste, originaire de Provence, vit une partie de sa jeunesse aux Pays–Bas avant d’être diplômé de l’École de Recherche Graphique de Bruxelles. Il fonde en 2009 le studio Joe & Nathan et pousse sa démarche artistique pour faire naître ce projet d’une ampleur considérable. Motifs traditionnels japonais, arabes ou animaliers, art roman, amérindien et inca, camouflage militaire découlent du mélange audacieux que nous retrouvons sur ces dessins. Cette série est un ensemble de tapis de prière musulmans, grandeur nature, dessinés à la main, poil par poil, avec une rigueur et une précision extrêmes. Composée de sept œuvres, la série décline et joue avec le motif du tapis qui n’est « qu’un prétexte pour dessiner en grand format jour après jour ». L’artiste nous pose la question des interconnections entre l’Orient et l’Occident mais également sur le brassage des cultures. Ces tapis sont aussi universaux que l’est le stylo à bille. Ils invitent chacun au fantastique et sont une ouverture sur un monde de représentations, de références excédant de loin ses origines islamiques. Toutes ces combinaisons de différents motifs citent les cultures visuelles orientales, gothiques, africaines, shinto, judaïques, précolombiennes et intègrent des motifs animaliers tels que les écailles ou les plumes. Cet ensemble de références vient de l’image originelle du monde méditerranéen, ce pont entre les civilisations.

Absorbé pas la précision et la profondeur créées par l’encre d’un simple stylo à bille, on ne pense pas tout de suite à cette dimension intellectuelle, aux motivations secrètes de l’artiste. Seule la fascination et l’émerveillement naissent face à l’entremêlement précis de motifs comme sur « The Carpet n°1 ». On ne peut se rassasier par la simple satisfaction de savoir comment l’artiste a procédé, on veut le voir à l’œuvre donnant vie à ses tapis, fil après fil. L’incrédulité, l’étonnement et finalement l’admiration se superposent rapidement dans l’esprit de celui qui voit et contemple ces œuvres. Comment avoir la patience et la dextérité pour mener à bout, pas un, mais sept tapis qui requièrent chacun plusieurs mois de travail? Car c’est tout l’enjeu du temps et la manière de créer ces tapis qui façonnent le regard du spectateur. Presque robotisé – mais non déshumanisé – Jonathan Bréchignac répète inlassablement le même geste: celui d’imiter le fil du tapis et son mouvement, de reproduire un objet qui sera dénué de son utilisation première, dénué finalement de sa signification.

The Carpet n°1

Jonathan Bréchignac

aaaaa © Jonathan Bréchignac, carpet n°1, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac 5

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°1 détail, stylo-bille noir, sur papier, 117x75cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac

Cet artiste, qui se qualifie également comme un designer, aime répéter ces motifs à longueur de journée. C’est son exutoire : une méditation plutôt physique que psychique. L’observateur – plus que le spectateur– scrute ces tapis semblables et pourtant si différents. D’ailleurs parmi les sept œuvres, quelques unes mêlent d’autres techniques que celle de l’encre. Ainsi « The Carpet n°2 », « The Carpet n°4 »,« The Carpet n°7 » jouent avec une technique plus réelle de représentation et mêlent du crayon de couleur grâce à des chewing-gums collés aux poils, une carte de jeu de football ou bien encore un sachet en aluminium ouvert laissés sur les tapis. Mais cette série acquiert aussi une dimension moderne et digitale avec les QR codes retrouvés aux coins de certains tapis qui renvoient au site Thecarpet.net. Ces QR code sont en quelque sorte cachés sur ce site web aux quatre coins de la page et renvoient à des images simples comme une boussole ou bien le mot « Ultraviolet ». On comprend mieux leur signification sur « The Carpet n°6 » où ils ressortent par leur taille et contrastent avec la profondeur de l’encre. Sur les autres tapis ils semblent n’être qu’un motif parmi les autres, dissimulés dans les différentes teintes noires et grises. Mais ce tapis bleu marine nous captive par le symbole central qui n’est autre que la rosace de Notre Dame de Paris. Le gouffre de détails ne fait que s’ouvrir sous le regard minutieux de celui qui scrute ce tapis bleu et ensorcelant. La double dimension se retrouve également sur celui–ci car il y a écrit « HELP! » en encre ultra–violette sous les motifs. L’artiste dénonce ici les petites mains qui écrivent de manière cachée, au cœur de leur réalisation, la détresse de leur condition.

The Carpet n°2

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°2, stylo-bille noir & couleurs, sur papier, 100x65cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°2 détail, stylo-bille noir & couleurs, sur papier, 100x65cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°2 détail, stylo-bille noir & couleurs, sur papier, 100x65cm


 The Carpet n°4

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°4, stylo-bille noir et couleurs, sur papier, 111×68 cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°4 détail, stylo-bille noir et couleurs, sur papier, 111×68 cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°4 détail, stylo-bille noir et couleurs, sur papier, 111×68 cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°4 détail, stylo-bille noir et couleurs, sur papier, 111×68 cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°4 détail, stylo-bille noir et couleurs, sur papier, 111×68 cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°4 détail, stylo-bille noir et couleurs, sur papier, 111×68 cm


The Carpet n°7

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°7, stylo-bille noir & bleu, sur papier, 110x70cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°7 détail, stylo-bille noir & bleu, sur papier, 110x70cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°7 détail, stylo-bille noir & bleu, sur papier, 110x70cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°7 détail, stylo-bille noir & bleu, sur papier, 110x70cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°7 détail, stylo-bille noir & bleu, sur papier, 110x70cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°7 détail, stylo-bille noir & bleu, sur papier, 110x70cm


The Carpet n°6

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°6, The blue Carpet, stylo-bille et encre ultra violet, sur papier, 115x73cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°6 détail, The blue Carpet, stylo-bille et encre ultra violet, sur papier, 115x73cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°6 détail, The blue Carpet, stylo-bille et encre ultra violet, sur papier, 115x73cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°6 détail, The blue Carpet, stylo-bille et encre ultra violet, sur papier, 115x73cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°6 détail, The blue Carpet, stylo-bille et encre ultra violet, sur papier, 115x73cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, Aperçu The blue Carpet

De plus l’aspect 2.0 des tapis permet de satisfaire la curiosité mais surtout la frustration de celui qui les voit car ce dernier peut agrandir à outrance les moindres détails et apercevoir un travail humain et non informatisé. À couper le souffle, ces tapis nous entrainent dans les torpeurs de la profondeur créées par la simple utilisation de l’encre souvent monochrome.

The Carpet n°3

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°3, stylo-bille noir, sur papier, 94x60cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°3 détail, stylo-bille noir, sur papier, 94x60cm


The Carpet n°5

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°5, Welcome Carpet, stylo-bille noir et bleu, sur papier, 106x66cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°5 détail, Welcome Carpet, stylo-bille noir et bleu, sur papier, 106x66cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac, carpet n°5 détail, Welcome Carpet, stylo-bille noir et bleu, sur papier, 106x66cm

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac

Jonathan Bréchignac

© Jonathan Bréchignac

Vous aimerez aussi :