Le professeur Gunther von Hagens, anatomiste allemand né en 1945 est l’inventeur de la plastination, technique qui garantie la pérennité du cadavre après la mort. Il fût à l’origine de l’exposition « Body Worlds », qui débuta en 1995, présentant des corps ou des parties de corps humains plastinés. À partir de 2005, ce scientifique réalisa aussi de nombreuses autopsies à la télévision anglaise pour enseigner l’anatomie au public comme Anatomy For BeginnersAutopsy: Life and Death, et Autopsy: Emergency Room. La plastination se révèle être un véritable travail de sculpteur et l’exposition revendique non seulement un aspect pédagogique mais aussi artistique. Elle eu un succès hors du commun et attira des millions de spectateurs à travers le monde. Mais exhiber des cadavres humains et créer des œuvres d’arts à partir de la matière cadavérique soulèvent de nombreuses questions d’éthique et de détermination sur le rôle des plastinats.

« Docteur la mort » considère son travail comme de l’art, mais nie être lui-même un artiste à part entière. La dissection et la plastination d’un corps sont des techniques particulièrement minutieuses qui peuvent représenter plus de 3000 heures de travail et bien souvent une année entière. La plastination permet une conservation anatomique, elle éternise les corps en remplaçant les liquides organiques par du silicone. On remarque immédiatement chez Gunther von Hagens des similitudes avec Honoré Fragonard, un anatomiste français du XVIII ème siècle connu pour ses « Ecorchés »; en plus de disséquer ses sujets, il maîtrisait également une technique de conservation, ce qui a permis à ses pièces de résister au temps. Lors de ses interventions Gunther von Hagens porte toujours son fameux chapeau noir: clin d’œil à l’anatomiste du tableau de Rembrandt «La leçon d’anatomie du Docteur Nicolas Tulp».

Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens

L’exposition de l’anatomiste allemand présente, dans une ambiance tamisée, de très nombreuses préparations anatomiques, des organes sains et malades, des fœtus, des coupes et des corps entiers. Les corps plastinés ne sont pas simplement exposés au public tels quels, mais présentés dans des positions et des attitudes imprégnées de vie, notamment des gestes sportifs afin d’observer au mieux le corps humain. Des postures très minutieuses pour une meilleure exploration et compréhension du corps humain. Sont présents un cavalier sur son cheval cabré, un joueur d’échecs, un saxophoniste, une nageuse, un cycliste ou encore une femme enceinte. Fragonard donna également des poses artistiques et théâtrales à plusieurs de ses pièces.

Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens

La fascinante exposition se déroule pour la toute première fois en 1995, au Japon. Les spectateurs se bousculent pour observer les pièces de Gunther von Hagens, ce-dernier décide alors d’exporter son travail à travers le monde. « Body Worlds » attire plus de 30 millions de visiteurs dans un spectaculaire voyage à travers le corps humain, dévoilant la vie d’une manière tout à fait singulière. L’exposition va devenir sujette à controverse, notamment en ce qui concerne la provenance des corps et l’éthique sur le commerce. Le professeur affirme que tous les corps utilisés appartiennent à des gens qui ont offert leurs corps à la science. Mais le Conseil Consultatif National d’Ethique en France, doute et soupçonne l’anatomiste d’un trafic de condamnées à mort chinois, utilisés à des fins médicales sans autorisation des familles. L’exposition qui devait avoir lieu au Musée de l’Homme et la Cité des Sciences de la Villette à Paris est alors refusée en 2009. Gunther von Hagens se défend, « Je ne construis pas le cabinet des horreurs. (…) Je dérange parce que je brise un tabou », l’exposition se tiendra tout de même à Lyon en 2008 puis à Marseille en 2009.

Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens

La beauté du cadavre est offerte au regard du public, suscitant à la fois fascination et répulsion. Il est certain que d’exploiter le côté sensationnel où le label « authentiques corps humains » sont des arguments commerciaux percutants. Mais le but de l’exposition est surtout de permettre la démocratisation des connaissances anatomiques auprès d’un large public. Tout le monde peut enfin avoir accès à ce qui est habituellement réservé aux docteurs et étudiants en médecine. L’anatomiste souhaite enseigner l’importance et la complexité du corps humain.

Ces spectacles divisent et ne cessent d’être remis en question vis-à-vis de leurs rôles prétendus pédagogique et artistique. Ces corps humains authentiques sont une source de connaissance anatomique inestimable. Même une réalisation à l’identique, jusqu’à l’hyperréalisme, ne peut rivaliser avec la perfection du véritable corps humain. Gunther von Hagens a élaboré un projet clair et judicieux où le discours scientifique est accompagné d’un regard artistique. Il déclare « Je crois que les corps (…) plastinés ont leur place dans les musées en tant qu’objets artistiques et scientifiques » assumant et mettant en avant cette double identité que possèdent ses plastinats. Il souhaite sensibiliser, par le biais de l’art, l’importance et la beauté du corps humain: œuvre d’art unique et inimitable.

Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens
Gunther von Hagens© Gunther von Hagens