Pierre Coubeau, plus connu sous le nom de FSTN, est un illustrateur Bruxellois né en 1986. Son travail regroupe de nombreuses séries de dessins essentiellement en noir et blanc. L’artiste possède une technique graphique parfaitement maîtrisée et minutieusement pensée où il s’amuse bien souvent à brouiller la lecture. On observe une précision dans les corps, les matières et les espaces. Du bout de ses crayons il compose et confronte personnages intrigants, objets architecturaux, typographies et éléments abstraits.

Pierre Coubeau aka FSTN, Fall 02, 2019 24,8x24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Fall 02, 2019 24,8×24,4cm graphite sur papier ©

B!B! : Pierre, peux-tu te présenter aux lecteurs de Boum! Bang! ?

Pierre : Bonjour, avec plaisir. Je travaille sous le pseudonyme FSTN, j’ai 33 ans. Je travaille aujourd’hui en tant qu’artiste dessinateur à Bruxelles où je suis né et où j’ai toujours habité. J’aime  particulièrement la typographie, l’architecture et les sciences.

B!B! : Pourquoi FSTN comme pseudonyme ?

Pierre : FSTN sont les consonnes de Fiston. C’est un surnom que m’a donné un groupe d’amis. Sûrement parce que j’ai eu tendance à côtoyer des gens plus âgés que moi avant. Je ne pense pas que cela aie encore un sens aujourd’hui mais j’y suis très attaché.

B!B! : Quels sont les thèmes que tu abordes dans tes illustrations ?

Pierre : Les thèmes que j’aborde suivent ma sensibilité. J’ai toujours dessiné ce que j’avais envie. Mon processus de travail est déjà assez laborieux. J’ai donc pris le parti de ne pas m’emmerder en plus. C’est pour cela que je ne pouvais pas travailler en tant qu’illustrateur malgré mes études à Bruxelles, pour le côté appliqué que cela nécessite pour en vivre.

La façon dont la société et ses individus s’organisent et évoluent m’intéresse beaucoup. L’individu et la sociologie est de ce fait une grande source d’inspiration. J’essaie de me limiter à un regard critique qui peut être tant esthétique que ironique. Mais j’essaie surtout le plus possible de ne pas tomber dans le cynisme. Cela signifierait être détaché de mon sujet, et pour moi, de n’avoir plus rien à dire de pertinent du coup.

B!B! : Peux-tu nous parler de ton processus créatif ?

Pierre : J’aime à travailler au crayon, c’est un médium très simple et du coup très exigeant. Il impose des temps de travail longs et un rapport intimiste avec le format. J’aime l’idée de devoir se soumettre à son outil pour en tirer le maximum.

Je me documente toujours beaucoup et prends beaucoup de notes à partir de ce que j’entends ou vois. J’aime remplir mes carnets de notes et d’études. Je les vois comme un terreau dans lequel je viens puiser pour développer une idée.

Avec la pratique, mes recherches sont de plus en plus élaborées et mon travail plus ébauché. Au final, ces deux aspects ont eu tendance à se rejoindre sur le papier. Je me rends compte que mon dessin consiste essentiellement à de la recherche esthétisée maintenant. Comme par exemple dans la dernière série être, où l’annotation, la citation et l’ébauche côtoie le dessin figé, réaliste et évocateur. J’aime à multiplier et brouiller les lectures, à confronter les éléments et par ce biais, à multiplier les propos.

B!B! : Pourquoi la plupart de tes illustrations sont en noir et blanc ?

Pierre : Il n’y a pas de raison particulière. Je pense simplement ne pas en avoir besoin pour le moment dans mon travail. Mais j’y pense de plus en plus. Reste à savoir comment la couleur va arriver.

B!B ! : Quelle est l’illustration qui te tient le plus à coeur ?

Pierre : Dans mon travail ? Aucune. Ce qui m’intéresse, c’est ce qui va être fait, c’est le processus. La pièce en elle-même existe pour les spectateurs, pas pour moi. C’est un peu leur part du job de lui donner vie en l’appréciant. À partir du moment où je décide que je n’ai plus rien à y faire, je m’en désintéresse complètement et honnêtement mon avis sur mes dessins importe peu. Alors pour répondre à cette question, je dirais que ce qui me tient le plus à coeur, c’est le projet à venir dont je parlerai plus loin.

B!B! : Quelles sont tes inspirations et influences ?

Pierre : Je pars toujours de quelque chose qui m’a marqué que ce soit une musique, un documentaire, un film ou encore une phrase. Quelque soit mon point de départ, j’ai un rapport émotif avec lui. C’est ce qui me motive à faire ce que je fais.

Mes influences : les sciences, le graphisme, la S-F et l’architecture. Je les vois comme les odeurs de nos comportements, de nos pensées. Je n’ai pas d’artistes ou de personnages vraiment influents dans mon travail, mais j’aime beaucoup Pat Andrea comme illustrateur, Bastien Vivès comme bédéiste ou encore Amy Cutler et Shohei Otomo comme dessinatrice-teur. Des choses comme les princes Saoudiens, une banane scotchée à un mur, Polanski ou encore Mengele m’inspirent énormément aussi par exemple.

B!B! : Est-ce qu’il y a un artiste avec qui tu souhaites collaborer ?

Pierre : Stefan Sagmeister, un graphiste typographe qui est connu pour avoir réalisé une affiche où il s’était littéralement gravé à la lame de rasoir sur le torse toute la typographie. Pour moi c’est un visionnaire, un inventeur, il n’arrête pas d’ouvrir des portes, c’est important. Je trouve ce type absolument fascinant.

Aussi, je pense à Michael Glawogger, un vidéaste documentariste malheureusement décédé lors d’un de ses tournages, un pur génie. Là, c’est vraiment la manière qu’il a d’exposer les choses, et de pro-poser vraiment les sujets à la caméra qui me transporte. C’est vraiment inspirant et émouvant.

B!B! : Une exposition à venir ?

Pierre : Pas pour le moment mais je suis déjà en train d’y penser, surement fin de cette année (2020) si tout va bien.

B!B! : Un projet à venir ou en cours de réalisation ?

Pierre : Je suis pour le moment en train de travailler à la sortie d’un album maxi avec mon collectif d’audiovisuel ALÉA(s), objet qui s’anime suivant les principes de la lanterne magique profitant de la rotation du vinyl. Sortie prévue le 20 mai 2020, normalement. Sinon, je suis aussi pour le moment en train de penser à la création d’un livre mais c’est encore à l’état embryonnaire, les notes se prennent et les idées arrivent en tout cas.

Pierre Coubeau aka FSTN, codex brut 02, 2019 24,8x24,4cm encre pigmentée sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, codex brut 02, 2019 24,8×24,4cm encre pigmentée sur papier ©

B!B! : Les chroniqueurs de Boum! Bang! ont pour habitude de terminer leurs interviews par une sélection de questions issues du questionnaire de Proust. En voici quelques-unes librement adaptées :

B!B! : Si tu devais changer de métier, lequel ?

Biologiste.

B!B! : Ta qualité chez une personne ?

L’honnêteté.

B!B! : Ta chanson du moment ?

Miserere Mei de Vladimir Ivanoff.

B!B! : Le mot que tu préfères ?

Bidule.

B!B! : Ton photographe préféré ?

Jeff Wall pour ses citations.

B!B! : Ton héros préféré dans la fiction ?

Le héros V.

B!B! : Un objet qui te paraît indispensable ?

Un couteau qui coupe.

B!B! : Le bruit que tu préfères ?

La neige qui fait « froufrou ».

B!B! : Ton peintre préféré ?

Ma peintre : Jenny Saville.

B!B! : Ton idée du bonheur ?

Un requiem.

B!B! : Comment souhaites-tu mourir ?

Sur des chiottes au calme.

B!B! : Et pour finir si je te dis « Boum! Bang! », tu me dis ?

De rien, ce fut un plaisir, merci.`

Pierre Coubeau aka FSTN, être 01, 2019 24,8x24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, être 01, 2019 24,8×24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Fall 05, 2019 24,8x24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Fall 05, 2019 24,8×24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Hogar 06, 2019 24,8x24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Hogar 06, 2019 24,8×24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Hogar 07, 2019 24,8x24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Hogar 07, 2019 24,8×24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Hogar 12, 2019 24,8x24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Hogar 12, 2019 24,8×24,4cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, HOGAR 13, 2019 24,8x24,4 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, HOGAR 13, 2019 24,8×24,4 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, joy growth, 2018, 130x70cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, joy growth, 2018, 130x70cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Joy he, 2018, 110x55cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Joy he, 2018, 110x55cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Joy She, 2018, 110x55cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Joy She, 2018, 110x55cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Planche recherche, 2018 27x41 cm graphite et crayon de couleur sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Planche recherche, 2018 27×41 cm graphite et crayon de couleur sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Planche recherche, 2018, 41x27 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Planche recherche, 2018, 41×27 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Planche recherche, 2018, 50x70 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Planche recherche, 2018, 50×70 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Toy, 2017, 110x80 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Toy, 2017, 110×80 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Fall 08, 2019 24,8x24,4 cm graphite sur papier ©

Pierre Coubeau aka FSTN, Fall 08, 2019 24,8×24,4 cm graphite sur papier ©

Vous aimerez aussi :