Si tout un chacun pense au design, le plus souvent viennent à l’esprit de nombreux objets vus ici et là dans bon nombre de restaurants ou magasins, que ce soit la bibliothèque en papier aux tiroirs sanglés ou encore le lustre de 85 ampoules. Ces objets incontournables devenus emblématiques dans le paysage du design actuel, sont tous issus d’un seul et même collectif: Droog, véritable boule à facette du milieu et figure de proue du Salone Internazionale del Mobile qui s’est déroulé du 8 au 13 avril 2014 à Milan. Depuis, c’est de projets et collaborations en expositions qu’ils sont parvenus à ouvrir le célèbre Hôtel Droog à Amsterdam, lieu hybride à la fois concept-store, hôtel, mais aussi boutique de créateurs et salon de cosmétiques.

Chest of drawersChest of drawers by Tejo Remy © Robaard/Theuwkens
85 Lamps by Rody Graumans85 Lamps by Rody Graumans © Robaard/Theuwkens

Le parti pris de ce collectif créé à Amsterdam en avril 1993 par Gijs Bakker et Renny Ramakers est de travailler avec des designers indépendants venus de tous horizons, en vue de concevoir des produits rassemblés par la suite dans des expositions collectives. En effet, c’est dans le cadre du parcours off du Salone Internazionale del Mobile de 1993que quatorze objets de jeunes designers de la Design Acadamy d’Eindhoven sont exposés, issus de la récupération d’objets trouvés alliés à la technologie en vue de créer un design en phase avec leur temps. Ces jeunes designers ne sont autres Marcel Wanders, Jan Konings, Jurgen Bey, Tejo Rem, Piet Hein Eek, Hella Jongerius ou encore Richard Hutten pour ne citer qu’eux, et leur geste collectif séduit immédiatement autant les professionnels que les critiques par leur approche innovante du design.

C’est une esthétique propre au pays qu’ils ont réussi à mettre en place, emprunte autant de références issues de l’univers industriel que des avant-gardes, dont la production est reconnue et subventionnée par l’État depuis le début du XXème siècle. Résultent donc des objets dont la sobriété devient cette forme d’identité créée par les piliers du mouvement moderniste tels que Berlage, Mondrian, De Stijl, Gerrit Rietveld, ceux-là même qui ont fait émerger cet univers radical, sec (Droog en néerlandais) et non-ostentatoire présent dans les années 80-90 aux Pays-Bas.

Milk Bottle LampMilk Bottle Lamp, by Tejo Remy © Robaard/Theuwkens
Sticky Lamps by Chris KabelSticky Lamps by Chris Kabel © Robaard/Theuwkens
Lampion Light Lampion Light by Richard Hutten © Mo Schalkx
Lampion Light by Richard HuttenLampion Light by Richard Hutten © Mo Schalkx
Do hit chair for DroogDo hit chair for Droog by Marijn Van der Poll © Robaard/Theuwkens
Rag Chair by Tejo RemyRag Chair by Tejo Remy © Robaard/Theuwkens
Balancoire Swing with the plants jardinièreBalancoire Swing with the plants jardinière intégrée by Marcel Wanders © Robaard/Theuwkens

Ces dix dernières années, ils ont expérimentés à Milan de nombreux projets domestiques avec autant d’anciens que de nouveaux designers, en vue de créer de nouveaux objets produits par DMD (Development Manufacturing Distribution) ou en collaboration avec des firmes internationales. Cette année ils créent un espace composé d’une entrée, une chambre, une cuisine, un salon et une salle à manger, accueillant les projets des différents designers, tous teintés d’une certaine impertinence, tantôt drôle, tantôt cynique, ce trait décalé qui en fait la marque de fabrique depuis les débuts. Cet espace domestique imaginaire renvoie à la collection présente au Rijksmuseum complètement rénové (Musée d’État consacré à l’Histoire et à l’Art), et particulièrement la collection digitale, autant dans les formes que dans la palette chromatique d’artistes hollandais tels que Vermeer et Dürer, transformés pour l’occasion en objets contemporains. La pièce emblématique est une réinterprétation de la collection de broderies du 16ème siècle de Wenzel Jamnitzer, sous forme de nappes de silicone et de textile extensible sur lesquelles sont imprimés des motifs en 3D.

Exhibition of Droog's Rijksmuseum setExhibition of Droog’s Rijksmuseum set © Thijs Wolzak, Ingmar Swalue
Table skin EmbroideryTable skin Embroidery by deJongeKalff for Rijksmuseum © Mo Schalkx
Table skin EmbroideryTable skin Embroidery by deJongeKalff for Rijksmuseum © Mo Schalkx
Table skin EmbroideryTable skin Embroidery by deJongeKalff for Rijksmuseum © Mo Schalkx
Table skin Embroidery by deJongeKalffTable skin Embroidery by deJongeKalff for Rijksmuseum © Mo Schalkx
Table skin Embroidery by deJongeKalffTable skin Embroidery by deJongeKalff for Rijksmuseum © Mo Schalkx
AA Glass seriesAA Glass series by Studio Droog © Mo Schalkx
AA Glass series by Studio DroogAA Glass series by Studio Droog © Mo Schalkx

En guide de vaisselle, le collectif présente sa « New Original Series » produite par Richard Hutten, inspirée de la vaisselle chinoise utilisée pour la cérémonie du thé. À l’instar des broderies, les murs et le plafond sont décorés par l’artiste graphique Irma Boom, qui a créé un ensemble de papiers peints inspirés des tapisseries de Vermeer développés au cours de sa participation à la rénovation au musée.

Tea for oneTea for one by Richard Hutten © Mo Schalkx
Tea for two  Tea for two by Richard Hutten © Mo Schalkx
Exhibition preview of Droog'sExhibition preview of Droog’s Rijksmuseum set © Mo Schalk

Ces différentes objets présentés sont autant de références culturelles croisées qui mettent en exergue l’identité du collectif depuis ses débuts: une diversité qui en fait sa force, réunie sous une esthétique puriste mais fonctionnelle avant tout.

Vous aimerez aussi :