En contemplant le portrait de ce jeune chimpanzé que Denise Nestor a réalisé pour le New-York Times, on ne peut s’empêcher de se projeter dans ce singe finalement si proche de nous. À la limite de l’anthropomorphisme, l’artiste capte et retranscrit ce regard un peu vide entre la mélancolie et la nostalgie, cet instant où les pensées submergent le rationnel. L’illustratrice irlandaise réussit à humaniser un singe comme elle animalise certains de ses portraits d’homme. Cette animalisation, on la retrouve par des oreilles de lapins ou un masque qui viennent agrémenter certains portraits. L’homme est-il un animal comme les autres ou n’est-ce simplement qu’un effet de style comme provocation à la triste platitude des portraits contemporains?

Denise Nestor, monkey Illustration for The New York Times Magazine © Denise Nestor, Illustration for The New York Times Magazine
Denise Nestor, Untitled© Denise Nestor, Untitled
Denise Nestor, Lepus © Denise Nestor, Lepus
Denise Nestor, Pink© Denise Nestor, Pink

C’est à Dublin que Denise Nestor grandit et développe son art. Diplômée de l’institut d’art, design et technologie de Dun Laoghaire, elle se concentre ensuite exclusivement et avec succès à l’illustration. Les publications de ses dessins dans le New York Times sont pour elle une consécration et un tournant dans sa carrière. Très techniques, ses créations illustrent toujours et à la perfection des sujets avec un œil décalé.

Le travail de Denise Nestor dépasse les standards, elle ajoute une force sentimentale à un support souvent trop froid. Combien de fois les dessins apparaissent ennuyant de gris et de réalisme fade. Ici l’effet de réalité tend à l’émotion, le regard génère une réaction inconsciente et déstabilisante. On ne peut rester stoïque face à ces visages doués de sens et sources d’interrogations. L’artiste veut interpeller celui qui regarde: quoi de plus difficile que d’être confronté aux yeux de Churchill cigare au bec? Détourner le regard ou l’affronter? Comment se comporter face à de simples traits qui vous transportent dans un univers artistique tiraillé entre l’objectivité de l’appareil photo et l’hyper subjectivité de l’art contemporain?

© Denise Nestor, Winston Churchill© Denise Nestor, Winston Churchill for The New York Times Magazine
Denise Nestor, Miranda© Denise Nestor, Miranda
Denise Nestor, James © Denise Nestor, James
Denise Nestor, Untitled© Denise Nestor, Untitled
Denise Nestor, Unravel© Denise Nestor, Unravel
Denise Nestor, White Rabbit© Denise Nestor, White Rabbit

Illustratrice hybride, Denise Nestor développe un axe créatif qui tend à émouvoir par une certaine perte de repères techniques et éthiques. Ses dernières œuvres présentent des animaux endormis comme assoupis paisiblement. En symbiose avec leur environnement, on découvre un micro-panorama apaisant de faune et de flore que l’on imagine aisément blottis dans une grotte en attendant que l’hiver passe. Encore une fois l’artiste veut générer un certain effet intérieur chez le spectateur. Cette réaction tient plus d’un sentiment personnel que d’une réflexion large sur la société. Denise Nestor cherche à toucher l’âme et les sentiments au plus profond en allant au delà de l’esthétisme, en effaçant les normes sociales pour mobiliser notre humanité. Finalement, cela parait cohérent pour quelqu’un qui est reconnu pour ses portraits. Artiste de la singularité, Denise Nestor nous interroge sur notre individualité et nos instincts profonds voir même naturels.

Denise Nestor, Nest© Denise Nestor, Nest
Denise Nestor, Flock© Denise Nestor, Flock
Denise Nestor, Wreath (memento)© Denise Nestor, Wreath (memento)
Denise Nestor, Wreath© Denise Nestor, Wreath (for dad)
Denise Nestor, Wreath (february)© Denise Nestor, Wreath (february)

Vous aimerez aussi :