Dan Witz est un street artiste et peintre américain né en 1957 à Chicago. Il vit et travaille à New York. Original, immensément talentueux et doué d’une grande éloquence visuelle, Dan Witz embellit l’espace urbain en l’agrémentant d’oiseaux, de stickers, d’autels votifs en trompe-l’oeil ou encore de personnages surgissant derrière des grilles, à découvrir ici.

Outre ce travail de rues, Dan Witz s’illustre également avec sa série d’huiles sur toile intitulée Mosh Pit. Une chorégraphie violente et rituelle proche du travail de Guillaume Bresson, inspirée des grandes scènes de Poussin ou de Caravage mais mâtinée de culture rock et hip-hop. Il peint des intérieurs chaotiques: la présence des corps bousculés, empoignés, serrés les uns aux autres dans une fosse de concert (mosh pit en anglais) remplit le cadre jusqu’à la saturation. Il saisit dans l’instant des détails des mouvements d’agglutinations humaines qui deviennent des ballets picturaux. L’expression des visages, les mouvements des bras et des têtes ou les torses dressés expriment toute la force visuelle du corps en tension et mis en présence directe, violente, d’autres corps.

Mosh Pit, 2007 – 2011

Dan Witz, 70 Commercial Street, 201070 Commercial Street, 2010 @ Dan Witz
Dan Witz, Big Mosh Pit, 2007Big Mosh Pit, 2007 @ Dan Witz
Dan Witz, Dogs Fighting, 2002Dogs Fighting, 2002 @ Dan Witz
Dan Witz, Big Lotus Lounge, 2010Big Lotus Lounge, 2010 @ Dan Witz
Dan Witz, Mosh Pit, 2011Mosh Pit, 2011 @ Dan WitzDan Witz, Sapphire Lounge II, 2008Sapphire Lounge II, 2008 @ Dan Witz

Figures and Portraits, 2008 – 2011

Sa série de peintures intitulée Figures and Portraits se souvient des clairs-obscurs d’un George de La Tour. Mais la source de lumière directe, tranchée, est adaptée à notre temps: ici, ce n’est pas une bougie qui illumine les traits de ces allégories féminines mais un téléphone portable. Le même recueillement des visages pourtant, où une mystique du trivial se fait jour. On devine ce qui habite l’esprit de ces personnages, absorbés par la lecture d’un SMS caché au spectateur. Une densité psychologique naît de cette manifestation physique de la nouvelle reçue mais ignorée. Le contenu du message importe moins que sa traduction sur la visage pour le peintre.

Dan Witz, Laura, 2008Laura, 2008 @ Dan WitzDan Witz, Nadeen, 2010Nadeen, 2010 @ Dan WitzDan Witz, Rosy cell phone, 2007Rosy cell phone, 2007 @ Dan Witz
Georges de la Tour, Marie Madeleine, 1638-1648, 133 x 93 cm Metropolitan Museum of Art, New-York Georges de la Tour, Marie Madeleine, 1638-1648, 133 x 93 cm @ Metropolitan Museum of Art, New-York
Georges de la Tour

Georges de la Tour, La Madeleine à la veilleuse, 1642-1644, 128 x 94 cm @ Musée du Louvre, Paris

Ces autres portraits de personnages souvent masqués (boule SM, masque à gaz ou sac percé de deux trous), disent la même crispation des chairs, de leurs poses, de leur mortification. Ici, c’est un homme nu maculé de sang Man of Sorrows) qui regarde le spectateur dans les yeux.  Sa posture et sa nudité évoquent les représentations du corps, très crues et morbides, dans la Passion du Christ d’une certaine tradition iconographique. Le corps est envisagé chez Dan Witz à travers sa douleur ou ses sensations. Car si le corps comme objet physique est statique, cela n’empêche pas une activité débordante du corps ressenti. C’est cet interstice que semble emprunter le peintre. Il travaille le corps en activité, en tension ou en sensation. Ainsi, ce Tiffy hostage torse nu est montré transi de froid et de honte. D’autres personnages portent un masque à gaz qui ajoute un degré d’étrange et de lugubre — et de comique?— dans ces oeuvres. Elles oscillent entre la dissimulation et l’exhibition du corps. Les regards expriment tantôt l’apaisement, tantôt l’effroi. Mais toutes ces toiles sont traversées par une force, aux confins du calme et de la tempête. D’aucuns pourront y voir la continuation d’un art du portrait à la manière de celui, fameux, de Courbet en désespéré.

Dan Witz, Man of Sorrows, 2011Man of Sorrows, 2011@ Dan Witz

Dan Witz, Hooded Girl With Ball Gag, 2011Hooded Girl With Ball Gag, 2011@

Dan Witz, Hoody Gas Mask, 2011Hoody Gas Mask, 2011@ Dan Witz

Dan WitzTiffy hoody gas mask, 2011Tiffy hoody gas mask, 2011@ Dan Witz

Dan Witz, M., 2011M., 2011@ Dan WitzDan Witz, Tiffy hostage, 2011Tiffy hostage, 2011@ Dan Witz
Dan Witz, Tony hooded, 2011Tony hooded, 2011@ Dan Witz
Gustave Courbet, Le désespéréCourbet, Portrait de l’artiste dit Le Désespéré, 1843-1845, huile sur toile, 45 x 54 cm, coll. part. ©