Portugal, dernière bande-dessinée de Cyril Pedrosa, attire comme un aimant le regard du badaud de librairie… La couverture est époustouflante. Un homme est penché sur un balcon de fer forgé où sont éparpillés des pots de fleurs désuets  il ne regarde pas la rue, il ne regarde pas les voisins, il semble suspendu en plein rêve. Le linge pendu entre les immeubles rappelle immédiatement le sud, la chaleur, les quartiers sales et beaux. Le regard croise le mot clé, Portugal. Il semblerait que l’auteur décide en introduction de nous amener à Lisbonne, par l’intermédiaire de ce personnage qui n’a pas l’air d’un local mais bien d’un visiteur charmé. Ce personnage est une transition, un pont qui nous invite à contempler avec lui le charme du Portugal – ou plutôt sa beauté bouleversante. Alors, on ouvre le livre et le voyage commence.

Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis

Cyril Pedrosa (né en 1972) est passé par les studios de Walt Disney avant de commencer la bande dessinée; c’est très révélateur de sa manière de dessiner et de concevoir la narration. On retrouve dans ses planches un sens très fort du mouvement, des points de vue et des plans. L’immersion du lecteur est totale, les images défilent comme un dessin animé. La fluidité de son style nous emporte sans que nous puissions dire un mot, comme une barque qui glisserait sur l’eau de ses aquarelles… Le dessin est fin et très vif, mais ce sont les couleurs qui sont le plus marquantes. Souvent construites autour d’une unité tonale, les pages peuvent être plongées dans l’ombre ou dans la lumière; les foules sont trempées de mille couleurs rêvées, ainsi, quand Simon, le personnage principal, se balade pour la première fois dans Lisbonne, il semble immergé dans l’inconnu de la ville et dans le vague de ses couleurs chaudes. Pedrosa parvient à nous faire sentir la chaleur de la ville, de ses pierres et de ses habitants. Les toits, les escaliers, la plage dansent dans une sorte d’hallucination fidèle à une impression lusitanienne. Il semble avoir voulu dépeindre le goût du Portugal, sans précision, un peu vide, un peu vague et fantasmé… Expression du sentiment voyageur, photographie délavée, émotion mouillée. On retrouve dans les bulles mâchouillées des portugais notre expérience frustrante de touriste qui entend tout mais ne comprend rien… Le premier voyage de Simon est un véritable chef d’œuvre de bande dessinée, un passage dans un monde moite de bruits, d’odeurs, de chaleur. Pedrosa construit son Portugal intime.

Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis

À ce premier voyage succèdent des retrouvailles familiales occasionnées par un mariage. Simon interroge ses ancêtres, les secrets familiaux cultivent le même mystère que le pays mal connu. Car Simon Mucha(t) est d’origine portugaise, son nom francisé trahissant les disputes de son grand-père émigré en France et ayant choisi de rester avec son frère, retourné au pays. Cyril Pedrosa interroge les origines et leur signification. Que signifie retourner au Portugal pour le petit-fils français? Ses rencontres et sa solitude créent un climat de création et d’apprentissage, il se met à apprendre la langue et dessine beaucoup. Le personnage fait l’expérience des charmes de la campagne ensoleillée, les fruits, le soleil et le calme… Sans dévoiler d’avantage l’histoire, il faut souligner le caractère d’expérience de cette bande dessinée. Le voyage au Portugal, la réflexion sur le voyageur, sur l’étranger, sur les racines et les origines, sur la découverte et la redécouverte. Le lecteur lui-même ne peut que réfléchir sur la saveur de son pays d’origine souvent méconnu, et cette expérience se trempe dans les couleurs aquarellées du chef d’œuvre qu’est Portugal.

Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis
Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis© Cyril Pedrosa, Portugal, 2011, Editions Dupuis

Vous aimerez aussi :