Les clichés de la série intitulée Case History réalisée entre 1997 et 1998 par Boris Mikhailov sont insoutenables: des hommes, des femmes et des enfants à la dérive. Ils posent souvent nus avec leur ventre difforme, le sexe tuméfié ou les cuisses érodées par les gerçures. Le constat est sans appel. Des êtres qui furent entraînés dans une déchéance sans horizon, victimes de l’Histoire et du rêve communiste.

Boris Mikhailov est un photographe déroutant. Son travail n’est pas de l’ordre du reportage social: c’est une œuvre unique, sans aucune influence. Mieux que tous les rapports et discours, plus fortes que la plupart des reportages du genre, ces photographies grandeur nature, prises dans le décor austère de sa ville natale, la ville industrielle de Kharkov, sont le constat le plus froid et le plus proche de la réalité de la chute de l’empire rouge.

« La dévastation s’est arrêtée. La ville a acquis un centre européen presque moderne. Beaucoup de choses ont été restaurées. De l’extérieur la vie est plus belle et plus active (avec beaucoup de publicité étrangère) – mais simplement dans un emballage brillant. J’ai été choqué par le grand nombre de sans-abri (ils n’étaient pas là auparavant). Les riches et les sans-abri – les nouvelles classes de la nouvelle société – étaient, comme on nous l’avait appris, l’un des aspects du capitalisme. »

Photographe depuis les années 1960, il réalise une œuvre démesurée avec, comme ligne directrice, la dénonciation des trente dernières années de vie du régime soviétique jusqu’à l’effondrement de l’URSS. En 1986 il réalise la série intitulée Salt Lake , un travail panoramique sur des baigneurs dans une station balnéaire située au bord d’un lac pollué par des décennies d’industrialisation. Pour Au ras du sol (1991) , images sépia des rues de Kharkov, Moscou ou Kiev, il tient l’appareil photo à hauteur de ceinture pour une plongée cinématographique dans la déchéance et la misère de la Perestroïka.

Né en 1938 à Kharkov en Ukraine, Boris Mikhailov vit et travaille entre Berlin et Kharkov.

Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery
Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998Boris Mikhailov, Case History, 1997-1998 © Saatchi Gallery

Vous aimerez aussi :