Une brève Boum!Bang!

Bart Baele est peintre. Né en 1969, il vit et travaille près de Gand (Belgique). Il propose une peinture faite de tensions, d’âpreté et d’une étrange douceur. Il adopte des titres à la fois littéraires, concis et relevant d’un univers tourmenté tels « Abattoir fermé », « L’Agneau de Dieu » ou « La tombe de mes excuses »… Il traduit dans ses œuvres (peintures, sculptures et objets détournés et peints) une souffrance originelle liée à l’enfance qu’il sublime par une étrange beauté non dénuée de spiritualité.

On peut l’imaginer seul dans son atelier avec son désordre où il se meut, passant d’une œuvre en cours à une autre, prenant son temps comme calé dans son monde, en retrait de toute l’agitation. Rentrant dans une toile en fouillant les chemins possibles, en s’y perdant et, avant une dernière impasse, il touche à quelque chose et revient vers la lumière, seul toujours mais avec une œuvre de plus.

Munch est une référence qui vient à l’esprit devant ce travail, on dit aussi que Bart Baele a beaucoup regardé Rembrandt, toujours est-il qu’il poursuit sa quête solitaire en approfondissant patiemment chacune des étapes.

Bart Baele, Tombe Abattoir, 2011Bart Baele, Tombe Abattoir, 2011 ©Bart Baele, Suicide Lepreux, 2011Bart Baele, Suicide Lepreux, 2011 ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele  ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©Bart Baele, LamgodsmaxBart Baele, Lamgodsmax ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©Bart BaeleBart Baele ©

Vous aimerez aussi :