Axelle Le Pavoux est une artiste protéiforme. Elle manie les autoportraits photographiques, les collages cocasses et provocateurs d’hommes célèbres, les natures mortes contemporaines et les peintures mutantes de femmes anonymes ou représentées dans les plus grands classiques.

Dans ce monde périssable à l’influence baroque, le visage mortifère se fait symbole de vanité, suggérant que l’existence terrestre est vide de sens, que la vie humaine a peu d’importance. Dans La jeune morte à la perle, reprise du célèbre tableau de Johannes Vermeer, le mouvement du faciès de la jeune fille que l’on sent presque frémir et exhaler son dernier souffle, se retrouve effacé par la superposition du crâne, faisant de ce visage hors-temps, une vanité, chose fragile et passagère à l’image de toute création humaine.

Axelle Le Pavoux, mutante

© Axelle Le Pavoux, sans titre, mutante

Axelle Le Pavoux, mutante

© © Axelle Le Pavoux, sans titre 2, mutante

Axelle Le Pavoux, mutante

© Axelle Le Pavoux, sans titre 3, mutante

Les natures mortes, photographies de canards en plastique flottants sur un ruisseau, dénotent du même principe. L’artiste y oppose ici l’artificiel et le naturel, une certaine volonté de l’homme de maîtriser ce qui l’entoure quitte à le rendre dénudé d’authenticité.

L’impression d’enfermement, d’insaisissable passage du temps est également présent dans sa série de polaroids autobiographiques. Axelle Le Pavoux se met en scène dans une atmosphère étrange et inquiétante où elle semble s’étouffer, être prisonnière de l’eau qui la suspend, de l’objectif qui bloque, de la photographie qui la fixe. Seul souffle de vie présent: le baisé, marque de rouge à lèvres, souvenir d’une femme qui se noie.

L’artiste s’amuse également à transformer des photographies par le collage, une combinaison d’éléments apportant surprise et amusement aux yeux du spectateur. Shakira se retrouve alors métamorphosée par le nez proéminent d’Alf l’extraterrestre et Morgan Freeman aborde la plantureuse carrure de Clara Morgan.

La série « Palpitants » représente le cœur humain perçant les cornes d’un cerf, se faisant picorer par un oiseau prisonnier d’une cage thoracique ou broyée par un hachoir à viande manuel. L’organe se retrouve ici illustré, réduit à une simple décoration, nourriture pour volatile ou matière première de sa propre création.

Axelle Le Pavoux, Jeune morte a la perle

© Axelle Le Pavoux, Jeune morte a la perle, Vanités et peintures numériques

Axelle Le Pavoux, Femme a l'hermine morte

© Axelle Le Pavoux, Femme a l’hermine morte, Vanités et peintures numériques

Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie ©

Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Nature morte, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie ©

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

© Axelle Le Pavoux, Autoportrait, Photographie

Axelle Le Pavoux, Accroche Coeurs, Palpitants, Collage

Axelle Le Pavoux, Accroche Coeurs, Palpitants, Collage ©

Axelle Le Pavoux, Palpitants, Collage

Axelle Le Pavoux, Palpitants, Collage ©

Axelle Le Pavoux, Palpitants, Collage

Axelle Le Pavoux, Palpitants, Collage ©

Vous aimerez aussi :