Née en 1963, c’est au début de l’adolescence qu’Antoine Schneck découvre la photographie en trouvant un appareil photo Kodak chez ses parents. Voyant ces derniers prendre leurs propres photos de famille, il décide de se lancer et achète le manuel « La photographie en 10 leçons » avant de se mettre à prendre lui-même des clichés en noir et blanc.

Antoine Schneck, Lompo Oumpouni

© Antoine Schneck, Lompo Oumpouni

Antoine Schneck, Kumari, Galerie Berthet-Aittouarès

© Antoine Schneck, Kumari, Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Koumdou Daho

© Antoine Schneck, Koumdou Daho

Antoine Schneck, Kallai

Antoine Schneck, Kallai © Galerie Berthet-Aittouarès

Passionné par la photographie c’est pourtant vers l’architecture qu’il se tourne avant d’intégrer l’Ecole Louis Lumière. Il apprend à maîtriser et éclairer l’espace dans lequel il travaille. Il sera successivement cameraman pour la télévision et photographe pour des magazines. C’est à trente ans qu’il va décider de se consacrer pleinement à sa passion d’enfant. Un ami lui propose de l’accompagner en Afrique à la rencontre d’un chaman près du Burkina Faso. Et c’est là-bas qu’il va commencer à travailler, libéré des contraintes techniques et des sujets imposés par sa profession, pour ramener par la suite plus de 300 clichés où s’exprime sa « patte ».

N’hésitant pas à retoucher ses images, à faire du collage, à manipuler les formes, l’artiste part du principe que les photographies qu’il prend sont comme une matière molle qu’il lui appartient de sculpter à l’aide de tout ce que la technique peut lui apporter comme moyens. Les images qui nous sont données à voir ne sont en effet pas tout à fait des photographies, en tout cas pas au sens traditionnel du terme. Il faudrait peut être, pour les situer, les localiser quelque part entre le trompe l’oeil (parce qu’elles sont manipulées pour rendre compte de ce que l’oeil, et non l’objectif, voit) et les plis les plus intimes du réel (parce qu’il n’y a pas de pollution extérieure, tout est centré sur l’essence d’un sujet comme suspendu hors du temps et de l’espace: substantifique moëlle enfin révélée).

Antoine Schneck, Jean-Francois Aittouares

Antoine Schneck, Jean-Francois Aittouares © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Hounou Barry

Antoine Schneck, Hounou Barry © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Chen Nai Ben

Antoine Schneck, Chen Nai Ben © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Hamidou Dara

Antoine Schneck, Hamidou Dara © Galerie Berthet-Aittouarès

Loin des portraits habituels, Antoine Schneck cherche des visages expressifs mais surtout naturels. En effet, il ne souhaite pas capturer une expression particulière mais à valoriser les reliefs du visage. Il installe pour cela ses modèles sur une chaise devant un fond noir, dans une tente de tissu blanc afin d’avoir une lumière régulière. Puis il va s’installer à l’extérieur de la tente, laissant l’objectif de son appareil pénétrer dans la pièce grâce à un trou réalisé dans le tissu. L’absence supprimant l’intermédiaire entre le spectateur et le sujet va lui permettre de capturer ce moment de neutralité où le visage s’abandonne à lui-même. L’artiste ne souhaite pas dénoncer ou raconter quelque chose, il veut juste apprendre au spectateur à regarder et observer l’Homme. C’est-à-dire à regarder une vérité que les poses de corps trop habitués aux photographies comme représentations d’une certaine idée conventionnelle camouflent.
En 2010, il présente une série de portraits de chiens. Pendant deux ans il va immortaliser 69 races de personnalités. D’Yves Saint-Laurent en passant par François Mitterrand ou José Garcia, ces étonnants clichés permettent d’observer par la même occasion le rapport « chien-maître ». Le labrador est l’ami du politicien, le bâtard le symbole du dandy tandis que le bouledogue français s’associe encore et toujours à la mode.

Antoine Schneck, Zaika Leconte

Antoine Schneck, Zaika Leconte © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Moujik IV

Antoine Schneck, Moujik IV © Galerie Berthet-Aittouarès

Un an plus tard, Antoine Schneck va présenter une nouvelle approche de son art avec la série « Les Gisants », réalisée à la Basilique Saint-Denis. Le spectateur découvre des Rois et des Reines qui captent et suivent notre regard grâce à un astucieux montage. En effet si on regarde vers le bas, ce sont les dessus des pieds qui apparaissent mais lorsque l’on regarde vers le haut c’est alors le dessous du visage qui se dévoile. Le fond noir accentue cette idée de suspension entre l’espace et le temps et la taille des clichés permet de découvrir la finesse des traits.

Antoine Schneck, Valentine Visconti

Antoine Schneck, Valentine Visconti © Galerie Berthet-Aittouarès

À travers toutes ces photographies d’hommes et de femmes de tous les continents, avec ses portraits d’animaux ou d’objets,Antoine Schneck a toujours le même but: apprendre au spectateur à observer. Sans être perturbé par un décor, ce dernier va découvrir des portraits uniques, chargés d’histoire et d’émotion. La richesse des visages et la prise de vue offrent une ouverture sur l’âme du sujet.

Antoine Schneck, Pissenlit

Antoine Schneck, Pissenlit © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Papaya

Antoine Schneck, Papaya © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Valentine Herrendschmidt

Antoine Schneck, Valentine Herrendschmidt © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Assa Tour

Antoine Schneck, Assa Tour © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Heloise

Antoine Schneck, Heloise © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Amadou Barry

Antoine Schneck, Amadou Barry © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Aie Suand

Antoine Schneck, Aie Suand © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck,Yerpaguyba Lompo

Antoine Schneck,Yerpaguyba Lompo © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Xie Naie Shui

Antoine Schneck, Xie Naie Shui © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Wei Xing Yi

Antoine Schneck, Wei Xing Yi © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Tala Gassama

Antoine Schneck, Tala Gassama © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Sank Bah

Antoine Schneck, Sank Bah © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Marimuthu

Antoine Schneck, Marimuthu © Galerie Berthet-Aittouarès

Antoine Schneck, Mariam Band

Antoine Schneck, Mariam Band © Galerie Berthet-Aittouarès


Les photographies d’Antoine Schneck sont visibles à la Galerie Berthet-Aittouarès.

Galerie Berthet-Aittouarès
29, rue de Seine
75006
Tél. : +33 (0)1 43 26 53 09
Fax : +33 (0)1 43 26 95 66
contact@galerie-ba.com

Ouvert du Mardi au Samedi
11:00 – 13:00 / 14:30 – 19:00

Vous aimerez aussi :