Née en 1957 à Marcilly-le-Hayer, Angélique Lefèvre est une sculptrice et photographe française. Après des études de lettres modernes dont elle obtiendra la licence, elle travaille dans la mode haute couture puis se lance définitivement dans le milieu de l’art.

Chez Angélique, on remarque que c’est avant tout la précision d’exécution qui saute aux yeux. Il n’est pas question de « comprendre » l’œuvre. Il suffit de la percevoir, la saisir, la sentir, lui parler d’une petite voix blanche et innocente, l’effleurer avec pudeur, la pénétrer avec douceur. La blancheur est omniprésente ainsi que son aspect translucide. C’est un bel horizon, c’est un oiseau dans l’air, c’est léger. Le blanc pour Pastoureau dans Le petit livre des couleurs fait référence à la pureté, à l’hygiène, à la propreté. Dans la religion, elle renvoie à la Vierge (symbolisme renforcée en 1854 – dogme de l’Immaculée Conception). Le jeu d’apparence visuelle est indéniable, incontestable. Ces œuvres stimulent notre vue, c’est un jeu entre lumière et matière, transparence et couleur. Ces compositions en résine et organdi sont d’un esthétisme poétique, spectral. L’artiste met en lumière cette matière sujette à tant de discussions. Elle donne vie à la translucidité, au manque, à l’inexistence : au blanc.

Ali Mahdavi, 2014, organdi, couture et mise en forme, 59 x 48 x 38 cm.

Ali Mahdavi, 2014, organdi, couture et mise en forme, 59 x 48 x 38 cm.

WS II, tirage 40 x 50 cm sur papier baryté.

White Spirit II, 2005, tirage sur papier baryté, 40 x 50 cm.

Meduse, organdi.

Meduse, organdi.

White Spirit, tirage sur papier baryté, 40 x 50 cm.

White Spirit, tirage sur papier baryté, 40 x 50 cm.

Fast-food, sneakers, sac à main… Tous les objets du quotidien y passent, tout est de l’ordre du souvenir, du passé, de l’instant figé dans le temps. Ils sont là. Ils sont le reflet de notre société de consommation, de la matérialité et traduisent de notre société sans cesse en mouvement, des effets de mode, de notre histoire. Des apparitions nous viennent, des apparitions fantomatiques : qui est relatif au fantôme, à la vision, à l’apparence. Une vision troublée ?! Ces spectres sont dépossédés de toute agressivité. Ils sont, ici, des êtres de lumière : le blanc.

Angélique Lefèvre, nous embarque dans un monde de l’au-delà, un monde de perfection, de frissons. Pas de place pour la peur, ni l’angoisse mais de la surprise de l’émerveillement. Ces œuvres sont tout simplement mystérieusement belles.

Mac Do, 39 x 39 x 39 cm, 1992, organdi, bois et miroir.

Mac Do, 39 x 39 x 39 cm, 1992, organdi, bois et miroir.

Street food (1/6), résine acrylique, 45 x 32 x 32 cm.

Street food (1/6), résine acrylique, 45 x 32 x 32 cm.

ABCD (Instruments : aiguille, bobine, ciseaux, dé), 1997, organdi, 39 x 39 x 39 cm.

ABCD (Instruments : aiguille, bobine, ciseaux, dé), 1997, organdi, 39 x 39 x 39 cm.

Vous aimerez aussi :

Abonnez-vous à la newsletter BOUM! BANG!

Merci !