Emmené par Laurent Bardainne (Poni Hoax), David Aknin (Jamaica, Bitchee Bitchee Ya Ya Ya), Maxime Delpierre (Viva & The Diva, Paris) et Frédéric Soulard (Maestro), le groupe Limousine nous livre II, un album pop, jazzy, sensuel et sans paroles. L’absence de mots et de littéralité augmente la force de suggestion de ces épures virtuoses. Un album qui évoque la meilleure musique de cinéma.

Limousine, photo JC PolienLimousine, © photo JC Polien

La voix humaine est mise en repos et les contours délicats de ces lignes mélodiques donnent une présence au silence, pour le plaisir de l’imagination. Sans nom, c’est déjà comme cela que se présentait leur premier album, sorti en 2005 sur le label Chief Inspector. Ce premier disque nous donnait à entendre la vive affection des membres du groupe pour les bandes originales d’Angelo Badalamenti  (notamment pour les films de David Lynch et de Paul Schrader), de Philip Glass et sa trilogie des Qatsi, de Neil Young dans le Deadman de Jim Jarmusch ou encore de Ry Cooder dans Paris, Texas (Wim Wenders). Les arrangements soyeux évoquent la récente colonne sonore de Air pour le film Quartier Lointain. Autant d’images et de sons qui sont inextricablement liés dans nos souvenirs.

La musique de Limousine est propice à la synesthésie, sans aucun doute. L’ouïe et la vue y sont mobilisées, par des rythmiques souvent envoutantes et langoureuses, toutes en rondeurs de saxophone et en guitare suave (La Gaviota). Ailleurs, on entend poindre des percutions enlevées et des stridences de synthétiseur (Dude) qui donnent un relief plus rock et hirsute à ce fond de placidité (The Reindeer). Une véritable « musique d’univers » se déploie, parent riche de la musique d’ambiance. Elle nous transporte dans des contrées familières et intérieures. Elle est un ciné club pour l’oreille.

Nous aurions pu intituler ce billet, Neuf titres en quête de film; ou plutôt huit, puisque The Reindeer sert déjà la bande annonce du nouveau film de Bruno Dumont, Hors Satan, présenté en 2011 à Cannes dans la sélection Un Certain Regard. La musique nous rappelle à quel point elle est cinématographique. Elle est constitutive — autant que l’image — du huitième art.

Signé sur l’excellent label parisien Ekler’O’Shock (Danger, Data, Alexandre Chatelard, Paris), l’album II est dans les bacs depuis le 16 janvier 2012 et en téléchargement sur Itunes.

Limousine, photo JC PolienLimousine, © photo JC Polien
Limousine - II, 2012, Cover Album Limousine – II, 2012, Cover Album ©

Vous aimerez aussi :