La façon dont sont agencés les rues et les bâtiments dans lesquels nous vivons est pensée. Nos espaces du quotidien répondent à des principes et des programmes précis. Néanmoins, à y regarder de plus près, il existe dans chaque quartier des lieux qui résistent à cet urbanisme homogène. Contre-pied d’une ville aseptisée, rationalisée, ils sont les lieux des affrontements de notre temps. Scènes des violences faites à soi-même et aux autres, ils symbolisent la dureté de notre époque contemporaine.

Ces lieux frôlent la ville, creusent en dessous ou filent à ses côtés sans jamais la déborder. À l’abri des regards, écartés du monde, ils convoquent la clandestinité, le rejet, l’abandon. L’air y est âpre et épais, le sol mouvant et les murs effrités. Ces lieux ont leur vie propre, leurs règles tacites et leurs habitants invisibles.

Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau
Hors champ © Cyril Sancereau

Photos: Cyril Sancereau

Vous aimerez aussi :