Sox

août 8th, 2012 1 Comment

Birth Etcetera.

Sox sort son premier album, « Birth Etcetera », sur le label Mental Groove. Ancien beatmaker hip-hop, le type a l’air de dire qu’il en a eu un peu ras-le-bol des samples et qu’il a décidé de se rapprocher d’un mode de composition plus authentique et personnel. Il revendique une musique visuelle, évocatrice. De la mélodie, de la nostalgie, du Ennio Morricone, du Mancini…

Sox Sox ©

Dès la première écoute, il apparaît évident qu’une indéniable vibe filmesque et innocente se dégage de la musique instrumentale de Sox. Tout commence avec la naissance: « Birth ». La mélodie est fragile, mélancolique, harmonieuse. Enchaînement sur « Awake », l’impression est analogue. Le son est de qualité, mais une forme de frustration nous prend. On sent un potentiel, un talent, une noble intention, il faut que ca décolle! Rassurons nous, ce n’est qu’une petite mise en jambe; et on attend la suite, prêt à s’emballer. « Her », petite ballade légère, tente avec maîtrise le coup du featuring vocal avec Chicros. Elle nous maintient en état stationnaire, mais on ne franchit toujours pas la limite des nuages. Oh, attendez, des turbulences dans l’appareil, serait-on enfin en train de prendre de l’altitude, il semble bien: « Belleville », avec ses arrangements qui évoquent ceux de ce bon vieux Jean-Chris’ Chassol nous donne le sourire aux lèvres. « Voyager, Daft Punk ! » résonne dans l’open space plein de barbus aseptisés fiers de leur culture à toute épreuve. Non les gars, on n’a pas changé de CD, c’est « La Violence ». Bravo Sox, cette track onirique nous colle au siège et nous emmène dans la stratosphère. Nous enchaînons avec « Lalasong » en quête de plaisirs inconnus. Le son se défend bien, et on se prend au jeu de la voix féminine qui nous réclame. Charmant. On chill posément jusqu’au moment où le redoutable beatmaker qui sommeillait jusque là en l’artiste ressurgit sur « Daikanayama ». L’intention de l’album étant bien de rompre avec ses origines hip-hop, Sox n’en fera qu’un aparté d’une minute. La minute de silence ghetto, histoire de dire qu’on n’oublie pas les potos pour autant. Next step: « Une Interview », titre construit autour d’un sample d’interview. Le titre est frais, ensoleillé et efficace. Sox annonce dans l’interphone que nous entamons la descente, parés à un atterissage en douceur. « Watching TV » démarre, et nous berce. « Etcetera » conclut l’aventure à la manière d’une comptine pour enfant, symbolique d’un ultime assoupissement. Boucle is boucled.

L’album est disponible sur le label Suisse Mental Groove depuis le 25 juin 2012 et en digital depuis le 2 juillet 2012 sur Itunes, Juno, Disk Union (Japon), chez Colette, Ground Zero.

Sox, Cover Album Sox, Cover Album ©

Une réponse à “Sox”

  1. ines montenon dit :

    j’aime beaucoup l’article qui m’a littéralement pris par la main dans cette jolie découverte musicale ;)

Laisser un commentaire